الكاتب: Boubekeur Ait Benali

Ait Benali Boubekeur Le haut conseil de sécurité est indubitablement le porte-malheur du peuple algérien. Bien que les différentes constitutions lui donnent juste un rôle consultatif, à chaque situation de blocage, c’est lui qui fixe les conditions de dépassement de la crise. Dominé par le haut commandement militaire, ses solutions tendent vers l’emploi de la violence. Et cette situation se vérifie au moins à deux reprises. Ainsi, en janvier 1992, après la victoire du FIS aux élections législatives, c’est le haut conseil de sécurité qui a fixé les modalités du règlement de la crise. Plus grave encore, ce conseil s’est…

Read More

Les célébrations de la fête d’indépendance nationale se suivent sans qu’aucun bilan sérieux ne se fasse réellement. Il faut dire, d’emblée, que l’équipe dirigeante –Bouteflika était ministre en 1962 et chef de l’État en 2016 –n’a aucune volonté d’en débattre de ce sujet. D’ailleurs, à qui va-t-elle rendre des comptes ? Quoi qu’il en soit, si le peuple algérien a des attentes dans ce sens, il faudra qu’il revoie sa copie. Pour étayer cette thèse, voilà ce qu’écrit Lahouari Addi, dans « l’Algérie d’hier à aujourd’hui » : « le projet du régime algérien, de 1962 à nos jours, a…

Read More

Le drame de la classe politique, notamment celle qui a dirigé en Algérie, c’est qu’elle souffre du problème d’amnésie. En effet, ces acteurs oublient très vite leur passage à la tête des institutions du pays. La dernière sortie médiatique du général Nezzar en est la preuve. Bien que ces inquiétudes puissent être comprises –cela dit, tout le monde comprend aisément que le général se préoccupe de sa propre situation et non de celle du peuple algérien –, il n’en reste pas moins que durant toute sa carrière il n’a jamais songé à mettre en œuvre les principes qu’il prétend défendre…

Read More

Dans l’affaire Matoub Lounès, lâchement assassiné le 25 juin 1998, il est inutile de chercher les raisons qui empêchent l’éclosion de la vérité. En Algérie, on a l’habitude. Les enquêtes sur les assassinats politiques n’aboutissent jamais. Cela ne veut pas dire que la vérité ne jaillira pas un jour. Mais, dans l’état actuel des choses, il est difficile d’imaginer un dénouement probable. Et pour cause ! Pour qu’une instruction soit crédible ou qu’il ait simplement une chance d’aller à son terme, il ne faudrait pas que les éléments de l’enquête soient d’emblée imposés. Or, dans l’affaire Matoub, la justice ne…

Read More

Le coup d’État du 19 juin 1965 a un seul mérite : il dévoile l’emprise réelle de l’armée, sous la houlette de Houari Boumediene, sur la vie politique nationale et met fin, par ricochet, au quiproquo selon lequel le pouvoir est partagé entre civils et militaires. Et s’elle n’avait pas pu le faire avant cette date, c’est parce que ces têtes d’affiche n’avaient aucun parcours révolutionnaire pouvant justifier leur arrivée au pouvoir. Cependant, bien que les auteurs du coup d’État veuillent vendre leur projet comme étant un acte salvateur de la révolution, dans le fond, le nouveau conseil de la…

Read More

S’il y a un événement à exclure pour désigner une date symbolique, c’est indubitablement la date où la manipulation se mêle à la violence. La marche du 14 juin 2001réunit les deux critères. À ce titre, elle ne peut être une date symbolique pour la Kabylie. En tout cas, s’il faut en choisir une, autant que ce soit une journée où la manifestation a été pacifique. Cela dit, pour qu’il n’y ait pas d’ambigüité, la grande responsabilité, dans les violences subies le 14 juin, incombe au régime. Mais, personne ne peut affirmer –à moins que ce soit du pur mensonge…

Read More

Dans une interview sans complaisance, accordée au journal El Watan, Mohand Amokrane Cherifi, membre du présidium du FFS, assène des vérités que seuls les grands visionnaires sont capables d’en faire. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le diagnostic est à la hauteur des enjeux de la crise que traverse le pays. Ainsi, bien qu’il y ait incontestablement des initiatives ça et là pour faire face à la crise, force est d’admettre, à en croire notre expert international, que le régime s’en passe de l’outil le plus essentiel en vue de résoudre la crise : le dialogue politique.…

Read More

Dans les pays où le droit prime sur les intérêts de clans, une affaire, comme celle d’El Khabar, serait une simple transaction commerciale. En effet, malgré les états d’âme des adversaires d’un tel acte commercial, il n’en reste pas moins que les groupes de presse sont le domaine des grandes fortunes. En France, par exemple, personne ne peut contester ce droit au richissime Dassault, propriétaire du Figaro. Hélas, en Algérie, la presse est conçue comme une arme politique, au sens où le détenteur cherche à combattre ses adversaires. Bien que le clan dominant ait assez de journaux et de télévisions…

Read More

S’il y a un jugement péremptoire à faire sur la IVe République française, c’est qu’elle n’a pas eu les moyens de survivre à la guerre d’Algérie. En effet, c’est à partir d’Alger, un certain 13 mai, que  les ultras et les militaires de carrière décident d’imposer leurs propres règles de jeu, et ce, bien que le président du Conseil, à Paris, soit légalement investi. Pour mieux comprendre cette période agitée, qui s’étale du 13 mai au 1er juin 1958, il faudrait remonter au début de la guerre d’Algérie. En fait, tout repose sur un quiproquo. Bien que tous les partis…

Read More

Les événements du 8 mai 1945, par l’ampleur des pertes en vies humaines, consacrent la rupture définitive entre le peuple algérien et le système colonial. L’éminent historien, Mohamed Harbi, situe le début de la guerre d’Algérie à cette date. En fait, après la chute du régime nazi –un danger pour tous les peuples épris de liberté –, les peuples dominés ont cru que la colonisation allait disparaître dans le sillage de la fin du régime hitlérien. Bien que les Anglais aient tiré les conclusions idoines, il n’en est pas de même des Français. En fait, dès 1943, une année marquée…

Read More

«Il est difficile de faire entendre au colon européen qu’il existe d’autres droits que les siens en pays arabe et que l’indigène n’est pas taillable et corvéable à merci», lit-on dans un rapport de Jules Ferry de 1884. Il se dégage nettement, à la lecture de ce rapport, que le système colonial n’ait pas pour vocation d’apporter le bonheur ou la sérénité aux peuples colonisés. Plusieurs événements de l’histoire coloniale peuvent étayer cette thèse. Pour le cas de l’Algérie, les événements de mai 1945 sont là pour nous rappeler la domination effrénée des colonialistes. Toutefois, la participation des colonisés à…

Read More

La défaite du nazisme, en 1945, n’annonce pas hélas les meilleurs jours pour tous les peuples. En effet, malgré la participation des « indigènes » à l’effort de guerre, le système colonial ne compte pas rendre la liberté aux peuples qu’il subjugue. Ainsi, au nom du principe de la généralisation des droits de l’Homme, les autorités coloniales les bafouent en foulant au sol les mêmes principes. Cela « confère à de telles actions un caractère particulier d’hypocrisie, de double langage », écrit Yves Benot, auteur du livre « les massacres coloniaux ». Mais, compte tenu des promesses des alliés –lors…

Read More

La célébration du 20 avril a permis la levée du voile sur plusieurs zones d’ombre. Désormais, on peut dire, sans le moindre risque de se tromper, que les intentions de Ferhat Mehenni et de son mouvement sont belliqueuses et sont surtout de nature à déstabiliser tout le pays. En effet, l’entrée en scène de BHL (Bernard Henry-Lévy), sollicité, selon lui, par ses amis du MAK, suffit à étayer cette thèse. Car, l’évocation des trois lettres BHL est synonyme de guerre. En tout cas, là où il s’est immiscé, le pays en question s’est retrouvé déchiré. De toute évidence, pour les…

Read More

Après la diffusion des images du chef de l’État, Abdelaziz Bouteflika, le montrant dans un état lamentable, les officiels Algériens crient au scandale. Au fond, de quel complot s’agit-il ? Bien qu’il puisse y avoir une arrière-pensée de la part du diffuseur de la vidéo, en l’occurrence Manuel Valls, il n’en reste pas moins qu’elle n’est ni inventée ni retouchée. Donc, il s’agit bien d’une vidéo traduisant la réalité. Ainsi, malgré une campagne offensive des dirigeants algériens, accusant certains de complaisance avec l’ « ennemi » et d’autres de comploteurs, force est de reconnaître que, depuis quatre ans, le chef…

Read More

Les événements du 20 avril 1980 constituent, pour l’Algérie, la reprise de la contestation politique postindépendance. En effet, après la fin de la crise de l’été 1962 et ses prolongements jusqu’au coup d’État du 19 juin 1965, le régime, dirigé  d’une main de fer dans les années 1970 par Houari Boumediene, a repris le contrôle sur l’ensemble de la société. Ainsi, bien que le mouvement ait lieu en Kabylie, il n’en reste pas moins que les revendications reprennent, pour l’essentiel, celles des différents courants de l’opposition algérienne au double coup d’État de 1962 et 1965. Hormis la revendication culturelle –est-il…

Read More

Le retour de Chakib Khelil  est la preuve que la justice algérienne n’est qu’un instrument entre les mains des hommes forts du régime. Cela dit, dès le début de l’affaire, ils sont rares les observateurs qui ont cru à la gestion transparente du dossier. Ainsi, de la divulgation de l’affaire au lancement du mandat d’arrêt international contre Chakib Khelil , les Algériens sont restés dubitatifs. Et pour cause ! Bien que les affaires de ce genre se traitent exclusivement dans les tribunaux –à ce titre, l’Algérie ne doit pas faire l’exception –, il n’en reste pas moins que les éléments…

Read More

La célébration du 29eme anniversaire de l’assassinat de l’opposant algérien Ali Mécili coïncide, cette année, avec la disparition de son plus proche ami, le charismatique chef historique Hocine Ait Ahmed. Malgré leurs efforts incommensurables pour édifier une Algérie libre et démocratique, force est de reconnaître que le chemin est encore long pour la concrétisation de cet idéal. En tout cas, comme le montrent les blocages tous azimuts de l’affaire Ali Mécili, les ingrédients –et c’est le moins que l’on puisse dire –ne sont pas encore réunis pour que le discours mensonger cède la place à la vérité. En effet, bien…

Read More

Pour la première fois, la date du 19 mars 1962 est célébrée officiellement en France. Alors que cet événement est le fruit d’une négociation où chaque partie a fait des concessions en vue de surpasser la crise franco-algérienne, la droite française –ce thème a été pendant longtemps le cheval de bataille de l’extrême droite –réagit violemment à l’initiative du président français, François Hollande. Leur chef de file, Nicolas Sarkozy, voit en cette date une offense à la République, car, selon lui, une partie de la population française continue à l « considérer comme une défaite militaire de la France »,…

Read More

«Si l’on considère les positions françaises qui subordonnaient toute négociation au cessez-le-feu, c’est là une grande victoire du peuple algérien. Cette victoire se traduit sur le plan politique par l’indépendance de notre pays», extrait du message du président du GPRA, Ben Youcef Ben Khedda, le 18 mars 1962. Malgré une opposition farouche de l’EMG (état-major général), commandé par Houari Boumediene, les accords d’Évian représentent immanquablement un triomphe, et ce, dans la mesure où toutes les revendications contenues dans les documents fondamentaux, à savoir la proclamation de novembre 1954 et les résolutions du congrès de la Soummam, sont satisfaites. Bien que…

Read More

Les conférences de Mouloud Hamrouche  deviennent de plus en plus des moments politiques forts. Et pour cause ! Faisant de moins en moins confiance aux partis politiques traditionnels, les Algériens se tournent vers des hommes incarnant une certaine vision politique. Bien qu’il ne soit plus aux affaires depuis un quart de siècle, Mouloud Hamrouche –à travers la confiance qu’elle suscite encore et les réformes qu’il a engagées lorsqu’il était à la tête du gouvernement entre 1989 et 1991 –représente incontestablement un recours sérieux. Cela étant dit, malgré l’espoir que l’homme incarne, on ne peut pas dire autant du climat politique.…

Read More

A l’occasion du 8 mars, le chef de l’État –comme c’est l’usage ces derniers temps –s’adresse à la femme algérienne à travers un message lu en son nom. Bien que les différences soient quasiment inexistantes, selon lui, car il veille à ce qu’il n’y ait pas de différence entre l’homme et la femme, les quelques insuffisances seraient, à en croire le chef de l’État, héritées de la période coloniale. Donc, à bien saisir le sens du message présidentiel, et en dépit d’une indépendance vieille de 54 ans, les erreurs incombent encore à l’ancien système colonial. De toute évidence, il est…

Read More