Lamari avoue sans être torturé

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Prix Yakhihem: décerné à Lamari qui affirme, toute honte bue et tout méchoui dévoré, que "si des généraux en retraite ont du succès dans leurs affaires, c’est leur problème". Et les 17 millions d’algériens qui vivent sous le seuil de la misère par la grâce de la junte, c’est leur problème aussi?

Cela fait maintenant deux lustres que des paillassons de la junte, à l’image de M’hammed Yazid ou Sid Ahmed Ghozalhoum, poussent les plus criminels des généraux à communiquer "par eux-mêmes ", car, assurent-ils, pas même Salima Tlembouchou ne pourra le faire efficacement à leur place. Message enfin reçu 5 sur 5. La transmission du message a pris du temps, car il faut bien quelques années pour que les ondes hertziennes pénètrent les très épaisses parois de Lamari, général de corps (à ne pas confondre SVP avec un général d’esprit). Bref, Lamari et ses frères de crime communiquent enfin! Bonjour les aveux subliminaux!

Question (Le Point) : Approuvez-vous la torture?
Lamari : J’y suis opposé. Notre génération en a souffert. J’ai personnellement vécu la Bataille d’Alger et n’ai en aucun cas voulu que nous employions de telles méthodes.

Que veut dire au juste Lamari par " personnellement " ? Raisonnons par l’absurde :

Admettons qu’en 1957, durant la Bataille d’Alger, le grand moudjahid Mohamed Lamari, artificier du groupe de Ali la Pointe, fut embarqué par les paras et sauvagement torturé par le lieutenant Le Pen. Après quelques jours de supplices, Lamari arriva judicieusement à s’enfuir et a rejoindre le maquis des Aurès…

Pourquoi alors le vaillant Lamari,  témoin « personnel » des pratiques nazies de l’armée française, a-t-il choisi, un peu plus tard, de rejoindre cette même armée barbare, et d’y demeurer jusqu’en 1961? la seule conclusion qui coule de source autorisée est que Lamari a choisi son camp en parfaite connaissance de cause.

Conclusion A : Lamari est un ennemi irréductible et éternel du peuple algérien…CQFD.

Alternativement:

"Personnellement " veut simplement dire que Lamari était déjà dans l’armée de Massu en 1957, et qu’il a été témoin ou même participé à la torture de "fellagas". Cela ne le dérangera pas outre mesure puisqu’il est resté dans cette armée jusqu’en 1961…

Conclusion B: Lamari est un ennemi irréductible et éternel du peuple algérien…CQFD.

Question (Pas Très Junty): Lamari imagine-t-il qu’un officier vietnamien ayant "personnellement" collaboré avec les Américains serait un jour chef d’état major de l’armée vietnamienne?

Lamari : Jamais!

Question (Pas Très Junty): : Lamari imagine-t-il qu’un officier algérien ayant "personnellement" collaboré avec les Français serait un jour chef d’état major de l’armée algérienne?

Lamari : pourquoi pas, si ses compétences pour mater les fellagas sont reconnues de tous?

Question maintenant à la horde des intellectueurs, à Yazid, Ghozalhoum, Benchicouicoui, Reda Halek, etc… : tenez-vous toujours à ce que vos généraux continuent à "communiquer par eux-mêmes" ?

24 janvier 2003

Share.

About Author

Avatar

Comments are closed.