Loi contre le séparatisme et police des cultes à la française !

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Lors de la période coloniale en Algérie un missionnaire chrétien disait : «*je n’appelle plus les musulmans à entrer dans le christianisme mais à sortir de l’Islam. Nous avons dépensé beaucoup d’argent, prononcé de nombreux discours, malgré cela nous n’avons pas réussi à dévier un musulman de sa religion. Il est plus facile de détruire que de construire. La destruction du musulman constitue la destruction de la religion elle-même*
Bien entendu ce missionnaire avait mal trop compris qu’une communauté musulmane est constituée par la foi, la culture, la fierté du passé pour s’enraciner profondément dans son patrimoine spirituel, historique et civilisationnel et tant qu’elle ne les a pas perdues, elle est libre même dans sa colonisation.
 La démocratie, les droits de l’homme, l’individualisme, la laïcité (devenue une religion), l’agnosticisme, sont toutes des théories clairement nées et façonnées dans le monde occidental et puis, il y a la Marianne dévêtue, symbole de la nation, poitrine nue, elle est  la représentation la plus fidèle de la République depuis la Révolution française, Delacroix s’est inspiré et Marianne reste l’icône qui figure en bonne place dans les hôtels de ville d’un grand nombre de municipalités françaises. Dans la polémique actuelle, cette femme au sein nu incarne les femmes françaises libérées (malgré tout, certaines inégalités persistent) par opposition aux femmes voilées qui supposées seraient soumises à l’islam, alors que réellement la femme musulmane est gardienne des valeurs ethniques et charger  ouvertement à l’édification de son environnement.
De ce fait, au sein de la communauté musulmane vivant dans l’hexagone, les idées de ces valeurs sont essentiellement exprimées contre l’émigré et, par extension, contre le monde musulman actuel et sa culture. Évidemment, ce nouveau symbole a été largement défini par l’idéologie dominante en Occident qui représente le musulman comme la figure même du barbare.
L’Europe est la terre du christianisme. C’est la seule raison qui fait refuser par les Européens une place trop grande à l’Islam. Le problème n’est pas que l’islam n’est pas une religion comme les autres ; au contraire, ce sont les christianismes modernes et  les croyances athée et déiste qui ne sont pas des religions comme les autres et qui sont de moins en moins ouverts donc sont devenus Vieux jeu et perdent de plus en plus le terrain face à l’Islam.
Le rituel islamique, le voile comme signe extérieur, la prière visuelle reviennent dans les attaques en force, pour des raisons politiques, qui pousse les Musulmans qui vivent en Europe en se sentant mal acceptés à se tourner vers leurs racines d’outre Méditerranée.
Les incantations des pseudos bien pensance n’y changeront rien quelles que soient leurs valeurs indignées et leur certitudes garanties sur leurs exigences.
En plus d’une Islamophobie galopante, une Loi sur le séparatisme dont le but est de mettre un frein à l’Islam et de pointer du doigt les musulmans de France pour les soumettre à l’assimilation à l’acceptation d’une domination, c’est encore un concept qui me parait fumeux !

S’assimiler à une autre culture que la sienne pour être intégré dans un pays différent que son pays d’origine (de naissance ou de culture), ne peut être que l’acceptation d’une domination (celle de la culture du pays d’accueil sur la culture du pays d’origine) et l’acceptation d’un mode de vie forcé contraire à ses us et coutumes entraîne que le processus d’intégration ne peut fonctionné et les communautés se former autour d’une identité cultuelle et linguistique.
L’idée d’assimilation n’a pas bonne affluence dans une époque qui valorise par-dessus tout le droit de chacun à suivre sa propre voie et, s’il est migrant, à cultiver ce qui le relie à sa société d’origine, cependant la rengaine médiatique et politique n’ont aucun rapport avec le réel, ils mettent en avant leur orgueil identitaire en créant de ce fait des inégalités et injustices inédites. C’est très vrai. Les immigrés n’ont pas eu de place dans la chronique nationale française.
Normalement, lorsqu’on change de pays, c’est parce qu’on le souhaite ! Jamais on ne force quelqu’un à quitter son pays pour un autre ! C’est toujours une démarche volontaire, l’émigration.
On se rappelle d’ailleurs les paroles de certains hommes politiques français qui disaient bien que l’Islam de France, est un projet qui dépasse même les frontières françaises. C’est ainsi que l’islam acceptable dans le monde occidental devient le seul islam que l’Occident accepte pour le monde musulman. Or les musulmans n’ont pas les moyens de s’y opposer puisqu’ils ont adopté et intériorisé l’option de la faiblesse. Ce qui est le plus cynique dans ce processus, c’est que par le phénomène de Mondialisation, les musulmans du monde arabo-islamique se sécularisent massivement et deviennent des croyants et des adeptes des religions séculières.
C’est un véritable cercle vicieux destructeur de la réalité de l’Islam et de la réalité de ce que recouvre l’identité musulmane qui se met en place. La logique de ce processus veut que nous allions tout droit vers l’acceptation par les musulmans  d’un Islam mondialisé qui n’est pour eux qu’un islam complètement vidée de sa substance originelle et acceptable par le nouvel ordre politique mondial sans même qu’ils ne s’en soucient  ce qui donne la création de musulmans nominaux, adeptes en réalité de religions séculières, refusant et combattant eux-mêmes les points les plus fondamentaux du dogme islamique.
Le discours du populisme a eu essentiellement pour but de marquer et d’exprimer la distance existante entre les « citoyens français de confession musulmane » et les Arabes, en dénigrant ces derniers. Par exemple, redéployant le vieil argument occidental selon lequel la culture arabe serait particulièrement frustre, les missionnaires se sont plu à dénoncer le  traditionalisme  de la culture maghrébine ou arabe qu’ils rejettent.
Les missionnaires font nettement la différence entre la culture arabo-islamique, qu’ils rejettent, et la religion musulmane qu’ils prétendent souvent mieux comprendre en raison de leur culture occidentale supérieure.
En raison de cette compatibilité, l’«islam de France» vaporeux est un instrument efficace du pouvoir politique français pour instaurer un contrôle culturel, idéologique et organisationnel, de la communauté musulmane vivant dans l’hexagone. L’idée d’un islam de France permettait de couper les musulmans de leur identité civilisationnelle pour les enfermer dans une perspective uniquement hexagonale.
La construction de cet «islam» n’était, d’une certaine manière, qu’une façon de redéployer l’idéologie occidentale au sein de la communauté musulmane vivant dans l’hexagone. Au fil des ans, le discours missionnaire s’est approfondi et développé pour devenir hégémonique au sein du monde associatif des « citoyens français de confession musulmane ».
L’un des problèmes majeurs aujourd’hui est cette méconnaissance de la religion et surtout de l’histoire musulmane ancienne et récente. Depuis une dizaine d’années, un souffle nouveau pousse la jeunesse musulmane de France à revenir à l’apprentissage de leur religion, et un bond en avant en dix ans est très encourageant même s’il reste beaucoup de chemin à faire. Les musulmans s’instruisent de plus en plus et nombres d’ouvrages sont traduit de l’arabe en français
Comme le disait Malek Bennabi : Le problème des musulmans est l’inaction  le musulman n’use pas de son temps et de son argent pour construire sa civilisation et régler les problèmes de celle-ci depuis son déclins pré colonisation et qui a été exacerbé aujourd’hui.
Et oui ! Tout est permis en France pour ouvrir la boîte de Pandore du «séparatisme», sans même se cacher, l’important c’est de voter des lois particularisant qui discriminent et qui séparent.
Il y a dans certaines communautés partisanes d’un repli communautaire, qui demandent et exigent des particularismes, des passes droits en contradiction avec les lois de la république, démarche qui n’implique pas la communauté entière.
Nous avons des athées, des déistes, des protestants émancipés, des catholiques, encore chargés de rituels irrationnels (avec tous leurs saints, leurs reliques, leurs processions en plein air) et des juifs éclairés avec un communautarisme permettant notamment de conserver leurs traditions, en disposant de tribunaux et d’écoles et dont personne n’ose dire mot. Une partie des juifs pour renforcer l’identité juive des élèves, par un communautarisme flagrant exerce un enfermement des enfants juifs dans leur religion, à un moment où les enfants musulmans sont engagés dans l’école publique plus que jamais.
A tel point qu’on se demande si feindre de combattre un improbable séparatisme, n’est pas une façon habile de valider un autre communautarisme pourtant visible. Normal puisque l’Islam, en tant que religion mais surtout pour le cas présent en tant que système de pensée est la seule force aujourd’hui capable de faire plier cet apartheid qui cache son nom.
Un véritable clientélisme politicien.
C’est dramatique !!!!!!!

Share.

About Author

Avatar

Leave A Reply