Canonisation du soldat-moine Charles de Foucault !

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Par la crise du Coronavirus, l’Eglise catholique était entrain d’atteindre le summum du ridicule, l’Eglise catholique avait décidé d’accorder, sous certaines conditions, « l’indulgence plénière », (pardon des péchés) aux croyants atteints de la maladie Covid-19, qu’ils soient à l’hôpital ou à leur domicile. D’après un décret pontife rendu public émis par un tribunal du Vatican, le pardon concerne aussi d’autres fidèles catholiques, pour bénéficier de ces indulgences, les malades devront participer à un certain nombre de célébrations retransmises à distance ou d’autres formes de dévotion, en ayant aussi «un esprit détaché de tout péché», stipule le décret vaticane. Même chose pour ceux qui prient pour eux, la lecture de la Bible par exemple devra se faire pour au moins une demi-heure.
 Il est dit que l’Église est sainte !
Voilà pourquoi tous ses membres sont appelés à la sainteté et dans l’imaginaire religieux, les Saints sont d’abord des faiseurs de miracles. De nouveau l’église dans son sommet,  nous apprend que l’acte de canonisation garantit clairement, que le Saint est avec Dieu pour le bénéfice des humains ici-bas,. Ainsi, les catholiques du monde entier peuvent prier le Saint et lui demander de s’adresser à Dieu de leur part.
 Selon cet imaginaire, La Congrégation pour les causes des saints, chargée d’évaluer le caractère sacré des candidats à la canonisation, a confirmé un nouveau  miracle attribué au bienheureux: Charles de Foucauld, pour accéder au statut  de guide spirituel ayant accomplit de faits surnaturels, que seuls des individus élus par la volonté divine sont capables de produire.
 La procédure actuelle reprend, en les simplifiant, les étapes définies sous Urbain VIII. L’évêque du diocèse où résidait le candidat à la sainteté établit un premier dossier fait d’une collecte d’informations biographiques et de témoignages. À ce stade de l’enquête, une censure théologique a déjà vérifié l’orthodoxie des écrits du candidat et une première commission d’experts a établi les vertus et les miracles qu’on peut lui attribuer.
 Un premier miracle imputé à l’intercession de Charles de Foucauld, d’une Italienne de Milan guérie en 1984 d’un cancer des os.
Le deuxième miracle du père Foucault est l’opération réussie, en novembre 2016, d’un jeune charpentier qui avait fait une chute de quinze mètres sur le chantier de restauration de la chapelle de l’établissement scolaire Saint-Louis, à Saumur.
Deux miracles nécessaires pour l’avancée de la cause de la canonisation. La commission de médecins de la Congrégation pour les causes des saints a validé comme miracle ces guérisons.
 Ah, quand les folklores humains sont revêtus d’autorités divines et inspirées, les dégâts sont considérables, et parfois tragiques. On dirait un fondamentalisme religieux qui cherche à noyer les systèmes sociétales en place.
Honnêtement, je ne sais pas comment les chrétiens peuvent accepter une prémisse aussi mélangée et confuse, mais là encore le Vatican par sa volonté obsessionnelle force les gens à croire des choses ridicules sous la menace de la honte.
C’est vrai, la guérison divine dérange. Ce n’est que quand elle arrive à un chrétien que celle-ci est appelle “miracle”. Par opposition à un non-chretien pour qui l’on dit simplement “guérison inexpliquée”.
 Comment les Médecins arrivent-ils à déterminer la guérison divine de ces deux cas ?
Comment mettre en relation médecine et guérison divine ?
En quoi cette action est-elle à dissocier des pratiques occultes ?
Pourquoi cette connexion à l’intercession de Père Foucault ?
 La Bible enseigne /
«Qu’on ne trouve chez toi personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue,… personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel.» Deut. 18:10-12
 Les vivants ne peuvent plus rien pour les morts, et les morts ne peuvent plus rien pour les vivants. C’est avant la mort que l’être humain doit choisir ce qu’il veut concernant sa destinée. Tout le reste est occultisme, spiritisme.
 Foucauld précurseur militaire en géographe et en cartographe au Maroc, son élan missionnaire colonisateur est flagrant, il écrira en 1907 «qu’après la victoire, nos colonies prendront un nouvel essor» et préconisera «d’aller coloniser dans les territoires africains de la mère patrie, non pour s’y enrichir, mais pour y faire aimer la France, y rendre les âmes françaises et surtout leur procurer le salut éternel, étant avant tout des Priscille et Aquila».
 Charles de Foucauld suppose avoir trouvé plus d’ouverture, moins de fanatisme et de préjugés anti-chrétiens, chez les Touaregs que son regard va se tourner vers eux, considérés plus apte à être christianisé. Toutefois, sans avoir réalisé son idéal de convertir les populations musulmanes, il se méfit de la non conversion des élites musulmanes :«“Ma pensée est que si (…) les musulmans de notre empire colonial (…) ne se convertissent pas, il se produira un mouvement nationaliste analogue à celui de la Turquie : une élite intellectuelle se formera dans les grandes villes, instruite à la française, (…) qui aura perdu toute foi islamique, mais qui en gardera l’étiquette pour pouvoir par elle influencer les masses (…). Le sentiment national ou barbaresque s’exaltera dans l’élite instruite : quand elle en trouvera l’occasion (…) elle se servira de l’islam comme d’un levier pour soulever la masse ignorante, et cherchera à créer un empire africain musulman indépendant.».
 Comme il l’exprima  à René Bazin: « Si nous n’avons pas su faire des Français de ces peuples, ils nous chasseront. Le seul moyen qu’ils deviennent français est qu’ils deviennent chrétiens ».
Malgré tous, le Père de Foucauld ne baptisa aucun musulman.
Il redoute également la venue des peuples colonisés sur les terres françaises et «désire ardemment que la France reste aux Français, et que notre race reste pure», écrit-il toujours dans ses lettres à René Bazin.
 De fait, le prosélytisme chrétien, nous renvoie, dans son usage, tout un vocabulaire stigmatisant tel que colportage, propagande, racolage, endoctrinement, colonisation des esprits, manipulation mentale au sens où serait annotée d’une tentative d’imposer un point de vue. Le prosélytisme chrétien en terre musulmane est entendu dans sa connotation négative et reste sévèrement à condamner.
La spiritualité coloniale du père Charles de Foucauld.
Encore une fois le Vatican est versé dans la repentance la plus honteuse et la plus injustifiée et, encore une fois, tout le monde (ou presque) a accepté que soit salie le christianisme et son histoire. Non seulement parce qu’il repose sur des mensonges avérés  mais aussi parce qu’il fait totalement abstraction d’un contexte propre très particulier, celui de la Canonisation. du soldat-moine Père de Foucault et ses miracles, vivement applaudi certainement par des nostalgiques de l’Algérie française.
 Il importe de connaître réellement cette histoire.
Envoyé en Algérie comme officier du 4ème Chasseurs d’Afrique, il parcourt le Maroc de juin 1883 à mai 1884 sous l’identité d’un juif  Il lui apparut que le meilleur moyen de collecter des informations de première main était de se rendre au Maroc et de l’explorer de long en large. Il prit langue avec un Marocain, Mardochée Abi Serour, et décida de sillonner le Maroc. Cette expédition dura onze mois.
 A force de toujours vouloir évangéliser à tout vent, il se rend à Tamanrasset à partir de 1905 où il retrouve l’officier Laperrine (qu’il avait connu à Saint-Cyr). Pour lui, il n’y a aucun doute : La France a une mission civilisatrice, elle doit donc « franciser » ces peuples de ce pays reculé et d’une extrême «ignorance», ils n’y comprendraient rien, leur apporter le caractère français tout particulièrement par l’instruction. Mais cela ne signifie nullement donner à ces populations la nationalité française et l’égalité qui en découle.
Quelle était là-dessus la position de Foucauld ?
Il l’a répété constamment, les peuples de nos colonies ne sont pas nos égaux.
Ils ne le sont pas ?
Qu’ils le deviennent et qu’on les aide à le devenir ?
Cet artifice raciste est véritablement attristant, et bien sur le Vatican semble vouloir ignorant le caractère raciste du Père de Foucault.
 Dans son ermitage et dans un isolement le plus total, il se lie avec quelques Touaregs avec arrogance pour prend le masque de l’humilité, il leur explique le seul salut étant donné par la foi en Jésus/Rédempteur sur la croix, il a été touché par la foi des musulmans, l’Islam avait eu sur lui une forte impression, il affirmera en 1901: «L’Islam a produit en moi un profond bouleversement. La vue de cette foi, de ces âmes vivant dans la continuelle présence de Dieu, m’a fait entrevoir quelque chose de plus grand et de plus vrai que les occupations mondaines».
Il admet que bien des sociétés musulmanes étaient parfaitement structurées, mais ce baiser de Judas vivant tout entier dans l’hypocrisie avait su mettre de son côté plus de sang d’une population des Touaregs innocentes que de foi pour être déclaré Saint, Un carnaval d’apparence est persistant chez ce soldat-moine qui croyait probablement qu’il était dans la vérité. Cependant il laisse une bonne leçon à retenir «Ce n’est pas si mal de condamner une trahison»
Le Père de Foucauld n’est pas mort en martyr en vérité le 1er décembre 1916 et le jeune garçon qui le garde prisonnier tire en paniquant une balle provoquant le décès de Charles de Foucauld.
C’est oublier un détail.
Ceci est un mystère, au même titre que l’Église qui a montré ce qu’elle peut faire ses Saints et leurs Miracles..
La messe est dite !!!!!!!

http://kadertahri.canalblog.com/

Share.

About Author

Avatar

Comments are closed.