إذا لم تتفقوا، فلا تعودوا ! – Si vous ne vous mettez pas d’accord, ne revenez pas !

Pinterest LinkedIn Tumblr +
"إذا ما اتفقتوا ما ترجعوا" (إذا لم تتفقوا، فلا تعودوا !) بهذه العبارة قام العديد من اللبنانيين ومنهم ضحايا الحرب الأهلية، تجمعوا أمس على طريق مطار بيروت، بتوديع زعماء التيارات السياسية المختلفة، من موالاة ومعارضة، المتوجهين إلى الدوحة للمشاركة في مؤتمر الحوار الوطني اللبناني.

وهذا يعبّر عن مدى معارضة اللبنانيين لحرب الأشقاء، وعن تطلعاتهم في حلّ سلمي للأزمة التي تعصف بالبلد منذ عدة أشهر، تلك الأزمة السياسية التي تحاول بعض القوى الإقليمية والدولية، وحلفاؤها في لبنان، تحويلها إلى نزاع طائفي قد يُشعل لبنان ويجعل منه – لا قدّر الله – عراقا آخر. فالمولاة والمعارضة، كلاهما له حلفاء وأنصار في كافة الطيف الطائفي اللبناني من سنّة وشيعة وكنائس نصرانية مختلفة ودروز، إلخ. والنزاع اللبناني ليس سوى تعارض أهداف فيما يتعلق باقتسام السلطة، وخاصة حول دور المقاومة في لبنان.

وخلال اللقاء الوزاري لجامعة الدول العربية الخاص بلبنان، الذي انعقد على إثر المواجهات التي عرفتها بيروت ومناطق لبنانية أخرى الأسبوع الماضي، تقرر تشكيل لجنة وزارية يترأسها رئيس حكومة قطر والأمين العام للجامعة العربية، وتضم وزراء خارجية ثمان دول عربية وهي: الأردن والإمارات العربية والبحرين والجزائر وجيبوتي وعمان والمغرب واليمن. وقد تمكنت هذه اللجنة العشارية التي توجهت إلى بيروت، في وقت قياسي، من إقناع أطراف النزاع للجلوس على مائدة الحوار، بل واستطاعت أن تجعلهم يستقلون طائرة واحدة لسفرهم إلى الدوحة. فما سرّ هذا الإنجاز؟ لعل سبب ذلك يرجع إلى الغياب الملحوظ في تشكيلة اللجنة للسعودية وسورية ومصر، تلك الدول التي فقدت منذ زمن بعيد كل مصداقية في المساهمة في حلحلة الأزمة اللبنانية.

لقد تم افتتاح مؤتمر الحوار الوطني اللبناني أمس من طرف أمير دولة قطر الذي قام في كلمة موجزة بالترحيب بالحضور متمنيا لهم النجاح، وتتواصل ابتداء من هذا الصباح أعمال المؤتمر التي يرتقب أن تستمر لعدة أيام. ولا يسعنا إلا أن نتمنى أن يفضي هذا الحوار إلى اتفاق يجنب لبنان سعير نزاع مسلح يأتي على الأخضر واليابس ولا يخرج منه أيّ طرف سالما. اتفاق يحول دون تحوّل لبنان إلى ساحة صراع بالوكالة بين قوى خارجية. ولا يتم ذلك إلا إذا وعي كل المشاركين في المؤتمر بالمسؤوليات الوطنية التي تقع على عاتقهم وبالآمال والتطلعات الهائلة لمواطنيهم. أما إذا فشلوا في ذلك – لا قدّر الله – واستمروا في خدمة أجندات أجنبية عوض الحرص على مصير بلدهم، فبالأحرى أن لا يعودوا إلى بيروت وأن يلتحق كل واحد منهم بولي نعمته، وسيجد الشعب اللبناني حتما من أبنائه من هو أجدر بتمثيله وحماية مصالحه.

عباس عروة
17 مايو 2008

« Si vous ne vous mettez pas d’accord, ne revenez pas ! » C’est ainsi que de nombreux Libanais, dont des victimes de la guerre civile, regroupés sur la route de l’aéroport de Beyrouth, ont salué hier les délégations libanaises, progouvernementales et de l’opposition, en partance pour la conférence du « dialogue national libanais » de Doha.

C’est dire à quel point les Libanais s’opposent à une guerre fratricide et aspirent à un règlement pacifique de la crise qui secoue le pays depuis plusieurs mois. Une crise bel et bien politique, même si certaines puissances régionales et mondiales, et leurs alliés au Liban, tentent de transformer en conflit interconfessionnel qui embraserait le Liban et ferait de ce pays un deuxième Irak. En effet, aussi bien l’opposition que le gouvernement, ont des alliés et des sympathisants appartenant à l’ensemble du spectre confessionnel libanais : sunnites, chiites, diverses Eglises chrétiennes, druzes, etc. Le conflit libanais n’est rien d’autre qu’une opposition d’objectifs sur le partage du pouvoir et surtout sur la place de la résistance au Liban.

Lors de la récente réunion ministérielle de la Ligue des Etats arabes consacrée au Liban, tenue au lendemain des affrontements qu’avait connu Beyrouth et à un moindre degré d’autres régions du Liban, il a été décidé la constitution d’un comité ministériel coprésidé par le chef du gouvernement du Qatar et le secrétaire général de la Ligue, et comprenant les ministres des Affaires étrangères de huit pays : Algérie, Bahreïn, Djibouti, Emirats arabes unis, Jordanie, Maroc, Oman et Yémen. Ce Decet arabe qui s’est rendu à Beyrouth a réussi en un temps record à convaincre les diverses parties en conflit à ce mettre autour de la table du dialogue. Il a même pu les faire prendre le même avion pour se rendre à Doha. Comment cet exploit a pu se produire ? Peut-être à cause de l’absence remarquée dans ce comité des représentants d’Arabie saoudite, de Syrie et d’Egypte, qui ont perdu depuis longtemps toute crédibilité pour jouer un quelconque rôle dans le dénouement de la crise libanaise.

La conférence du « dialogue national libanais » a été inaugurée hier soir par une brève allocution de l’émir du Qatar qui a souhaité la bienvenue et le succès aux participants ; les travaux commencent effectivement ce matin. Nous prions pour qu’ils aboutissent à un accord qui protègerait les Libanais de l’enfer d’un conflit violent qui ruinerait le pays et au terme duquel aucune partie ne sortira gagnante, un accord qui empêcherait à ce que le Liban ne se transforme en scène où se déroulerait une guerre par procuration entre des puissances étrangères. Ceci n’est possible que si tous les participants à la conférence de Doha prennent conscience de la lourde responsabilité nationale qu’ils portent sur leurs épaules, et des attentes et espoirs immenses de leurs concitoyens. A défaut de cette conscience, et si par malheur, ils persisteraient à servir des agendas étrangers au lieu de se préoccuper du sort de leur pays, alors ils feraient mieux de ne pas retourner Beyrouth, mais d’aller rejoindre leurs parrains respectifs. Le peuple libanais trouverait de bien meilleurs représentants.

Abbas Aroua
17 mai 2008

Share.

About Author

عباس عروة Abbas Aroua

3 تعليقات

  1. Avatar
    غير معروف on

    les conférences arabo-islamiques
    Mon frère,ABBAS AROUA,je me permets d’écrire au sujet des conférences arabes. Les pays tyranniques n’organisent jamais de conférences libres au sein de leur pays. Quelle différence si celle-ci est organisée ailleurs chez une autre dictature ou par son propre ennemi? Les Palestiniens étaient à La Mecque et le résultat est assez terrible. Si nous prions pour que le résultat qui en sort soit positif, qu’en est-il de l’organisation de la dernière Conférence Islamique au Sénégal par un sioniste, le mari de l’ancienne première dame de france ? N’avait-il pas été demandé aux riches sénégalais de prêter leur demeures luxueuses aux représentants des musulmans pour faciliter le sommet de l’OCI. L’islam ne rime pas avec luxe, encore moins avec sionisme. Si c’est pour faire de l’unité, je crains que le résultat sera désastreux, si c’est pour faire la paix, le résultat sera aussi désastreux. Tant que leur situation et position vis-à-vis de leur voisin n’est pas clarifiée. Les pays arabes seront condamnés avoir chacun leur conférence de réconciliation. Les Algériens aussi. Il faudrait se préparer au niveau Maghrébin à activer les choses car il me semble que les dictatures du Maghreb s’apprettent à s’autodétruire. Il ne faut pas que les Algériens soient seuls. Le mouvement doit être régional, sinon, la guerre est devant nous. Aussi, préparer une conférence nationale serait nécessaire dans l’immédiat, une conférence régionale immédiatement après, et enfin une conférence générale arabe et ou islamique. La raison en est que la fin des régimes serait une bonne chose mais, la façon dont elle est souhaitée par l’empire incite à la prudence car il faut savoir que ce sont des guerres multiples qui nous sont préparées, locales, régionales et globales. Généraliser un mouvement d’émancipation des sociétés civiles serait souhaitable à la condition de préparer des cadres de réconciliation et d’unité. Cela n’est pas facile à réaliser car si un pays connait un mouvement d’émancipation et par conséquent la chute d’un régime, il me semble que les dirigeants des états voisins s’appretteraient à répliquer en frappant le pays voisin en question, afin que leur régime ne chute point en accentuant leur nationalisme local. L’Empire sait cela et l’encourage afin d’embraser l’ensemble de la région dans des guerres sans fin. L’on peut anticiper la suite des événements après le Liban. Mais, puisqu’il y a toujours un “mais”, l’observation des pratiques des uns et des autres nous apprend que le diable finit toujours par chasser le diable. Même en la présence d’une paix imposée par le haut et la force, il semble que l’éclatement de chacun des pays qui y adhérera est une chose prévue et voulue. C’est en quelque sorte le “chaos destructeur” qui nous attend au tournant. Afin de créer de larges zones de non-droit façon “Somalie”, le règne des seigneurs de la guerre ou la gestion s’opère par massacres interposés, pillages, dévastations, exodes massives, bref tout ce que tu connais déjà depuis longtemps.

    Ce que l’on peut espérer, c’est une prise de conscience effective et une rapidité dans le mouvement d’unification locale, régionale et générale.Je sais qu’il ne faut pas trop rêver, mais tout de même…

    Ton frère qui t’agrée.

    • Avatar
      غير معروف on

      manque de l’ijtihad
      ce que je contaste aujourd’hui c’est le manque d’une renaissance et reconciliation entre les pays du maghreb,nos regimes ont essayes a creer des faux problemes pour empecher les gens de se recontrer.En tant qu’algerien et je souhaiterai un jour avec la disparition de nos demons politiciens qu’on arriver a partager le sahara occidenatl entre l’algerie et le maroc ou bien le restituer au maroc car il faisait partie de c epays au passe.

      • Avatar
        غير معروف on

        petite précision a mon frère Salim
        Mon frère, Salim, Paix à toi. Il me semble que le Sahara occidental appartient aux sahraouis, par conséquent, ni a l’Algérie et ni au Maroc. Autre chose, L’islam n’autorise pas le vol des terres,et surtout pas que l’on empêche aux gens de revendiquer leurs droits légitimes. Je comprends ton impatience, mais, entre nous, à qui appartient, à l’heure actuelle, l’Algérie et le Maroc ? Surement pas à leurs peuples. Nos peuples, spectateurs impuissants, de dictateurs vauriens, ne sont même pas figurants. Les animaux traversent les frontières et nous, peuples nobles de par nos valeurs, sommes condamnés à voir nos enfants vivre dans la précarité, le dénuement, la répression et la torture. Je demande aussi, comme toi, à quand la lumière ? Les Maghrébins n’ont jamais de problèmes entre eux,il faut peut-être se demander, comment et qui apportera donc le changement ? C’est une question , il est vrai complexe….. Mais seuls les peuples en questions pour trouver les réponses