Les tribulations de Macron en Chine

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Je me lavais les dents après un bon repas et j’écoutais discrètement France-Info, vous savez cette radio d’information continue qui fait pendant aux chaînes de TV BFMTV, CNews…

Le sujet était : le voyage prévu cette semaine du président français en Chine.
L’animateur du débat qu’organise entre soi ce tambour qui sonne creux à chaque fois qu’on tape dessus, posait deux questions à ses confrères dont les opinions sont aussi opposées que la différence entre deux variétés de pastèques de même couleur :
– « Macron qui se pose en patron de l’Union, va-t-il y représenter l’Europe ? »

– « Macron va-t-il tancer le chef d’Etat chinois pour sa politique à l’égard des manifestants de Hong Kong ? »
J’attendais, j’attendais, j’attendais… que ses confrères se roulent par terre de rire devant des questions aussi stupides.
Personne ne semble s’apercevoir du poids actuel de ce minuscule pays, habité jadis par un grand général.
Le président français se préparer (accompagné par le représentant en chef de la profession) de vendre ses cochons aux Chinois. Le nec plus ultra de la technologie française.
Et ces schtroumpfs imaginent qu’il va donner une fessée à la Chine ?
Ci-dessous, je vous joins un papier sur le voyage récent de A. Merkel en Inde. A vous de comparer.
Je reviens d’un voyage relativement lointain où il faut un microscope électronique à effet tunnel pour distinguer un gaulois qui ne râle pas contre l’absence de Camembert.
Ce genre de débat montre à quel point nos amis Français ne semblent pas comprendre que l’Empire c’est fini depuis longtemps et que désormais il serait temps de réinitialiser leurs optiques s’ils veulent encore conserver leur place de première destination touristique mondiale (mais il faut déduire le nombre de touristes de passage venus d’Europe du nord obligés de transiter par l’Hexagone pour joindre l’Espagne, le Portugal ou l’Italie).
Pour le classement technologique, on sait que même les places d’honneurs sont déjà occupées…
Djeha,  03 novembre 2019

Narendra Modi (qui devrait commencer par se débarrasser de sa société de castes obsolète) veut « construire une nouvelle Inde » et c’est sur l’Allemagne qu’il compte pour l’y aider. Imagine-t-on ce que représentera bientôt le développement de 1.5 milliards d’êtres humains ?

C’est infiniment plus vaste que de tenter de vendre de la viande de cochon aux chinois ou de leur fourguer des Rafales en soudoyant des intermédiaires, comme l’a fait F. Hollande pour le plus grand profit de Dassault qui l’en a d’ailleurs remercié.

Angela Merkel en Inde pour resserrer les liens

Julien Pavy, Euronews, V. 01/11/2019

Angela Merkel et Narendra Modi, tout sourire… Symbole d’une coopération au beau fixe entre l’Allemagne et l’Inde.

Signature d’une vingtaine d’accords

Les deux pays ont signé ce vendredi une vingtaine d’accords. La chancelière a fait le déplacement à New Delhi avec plusieurs membres de son gouvernement ainsi que des chefs d’entreprise. Objectif : renforcer les relations économiques et commerciales et intensifier les échanges technologiques.

“Les domaines dans lesquels nous souhaitons travailler ensemble sont l’intelligence artificielle et la transformation numérique. Il y a ici en Inde énormément de potentiel”, a déclaré la chancelière Merkel.

Cette coopération renforcée concerne d’autres domaines : science, gestion de l’eau, agriculture, traitement des déchets, système de santé.

Narendra Modi veut “construire une nouvelle Inde”

Le Premier ministre indien Narendra Modi veut profiter de l’expertise allemande pour faire avancer son pays :

« En 2022, l’Inde fêtera le 75ème anniversaire de son indépendance. Nous nous sommes fixé l’objectif de construire une nouvelle Inde d’ici là. Pour mener à bien cette tâche multidimensionnelle, l’expertise d’une puissance technologique et économique comme l’Allemagne sera très utile pour les priorités et les besoins de l’Inde. »

Share.

About Author

Avatar

Leave A Reply