Aux frais du régime Ben Ali

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Ces parasites sont tellement habitués d’être pris en charge qu’ils ne savent plus très bien quand – pour payer ce qu’ils consomment – c’est à eux ou à quelqu’un d’autre qu’il revient de passer à la caisse.

Passer à la caisse est le mot juste : ils se sont tous goinfrés, le doigt dans le pot de miel. Et on découvre (toujours après) que la « pauvre » MAM n’était que la partie apparente de l’iceberg. C’est à tous ces démocrates exemplaires (qui bombardent très démocratiquement aujourd’hui la Libye), y compris les socialo qui demain vont peut-être les remplacer pour faire la même chose (demandez leur avis aux Grecs et aux Espagnols qui manifestent), que l’on doit les Ben Ali et les Moubarak. Et on comprend maintenant que les langues se délient pourquoi.

Ils passaient des vacances à l’œil sur le dos des Maghrébins dont ils insultent les ressortissants à leur retour chez eux. Pour cela, les Tunisiens devraient évidemment commencer par remercier leurs dirigeants.

Chez nous si les Gaulois n’auraient sûrement pas osé (comme le voudraient certains de nos larbins), ce sont les gandouras qui flottent proche-orientales qui viennent au sud chasser les espèces protégées.

Tous pourris ? Il serait très tentant de reprendre ce slogan à son compte, si la marque n’avait pas été déposée par les crapules des extrêmes pour lesquelles l’Algérie indépendante est restée coincée dans la gorge. Qu’ils en crèvent !

Djeha
31 mai 2011

***

Gérard Longuet a séjourné en Tunisie en 2006 aux frais du régime Ben Ali
AFP, mardi 31/05/2011 à 10:49

Le ministre français de la Défense Gérard Longuet a séjourné durant deux jours en 2006 dans un palace tunisien aux frais du régime du président Ben Ali, alors qu’il était responsable parlementaire, a indiqué mardi à l’AFP un responsable de l’Office national du tourisme tunisien (ONTT).

“Nous avons payé son hébergement et le restaurant, il a payé les extras”, lors d’un séjour du 10 au 12 août 2006, a déclaré le chef du service marché français de l’ONTT, Amine Hajri, confirmant des informations révélées par l’hebdomadaire les Inrockuptibles, à paraître mercredi.

A l’époque, le ministre de la Défense était conseiller politique du président de l’UMP (Union pour un mouvement populaire, au pouvoir), Nicolas Sarkozy.

“Je confirme qu’il a séjourné dans l’hôtel” et “c’est l’Office national du tourisme tunisien qui a réservé”, a affirmé lundi à l’AFP la responsable du service commercial de l’hôtel cinq étoiles “The Residence” de Gammarth, dans la banlieue nord de Tunis, Karima Ben Moussa, après avoir consulté les fichiers de réservation.

L’entourage de M. Longuet a confirmé lundi à l’AFP que ce dernier avait bien séjourné dans cet hôtel. Quant au règlement de la facture, M. Longuet a dit aux Inrockuptibles ne pas se souvenir “d’avoir été invité”.

“Il est possible que cela se soit fait, je ne m’en suis pas personnellement occupé et je ne me suis pas posé la question (…) Mais si le gouvernement tunisien a le sentiment que je n’ai pas payé, je peux lui envoyer un chèque tout de suite, ça ne me pose pas de problème”, a-t-il ajouté.

Le régime autoritaire du président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali a chuté en janvier sous la pression de la rue, après 23 ans de dictature.

***

Libye : Dumas et Vergès comptent déposer plainte contre Sarkozy
Dow Jones, L. 30/05/2011 à 10:51

TRIPOLI (AFP) — Deux célèbres avocats français, l’ancien ministre Roland Dumas et Jacques Vergès, ont annoncé dimanche à Tripoli qu’ils comptaient déposer plainte contre le président français, Nicolas Sarkozy, pour “crimes contre l’humanité” en Libye.

Au cours d’une conférence de presse à Tripoli, un représentant du ministère libyen de la Justice a indiqué que les deux avocats s’étaient portés “volontaires” pour soutenir une plainte des familles des “victimes des bombardements de l’Otan” contre le président Sarkozy, dont le pays a pris la tête des opérations de la coalition internationale en Libye.

“Les deux avocats vont porter plainte au nom des familles libyennes devant les tribunaux français”, a déclaré Ibrahim Boukhzam, en présence d’une trentaine de représentants de familles qui ont signé des procurations aux deux avocats.

Me Dumas, ancien ministre socialiste, a indiqué avoir été “stupéfait de constater que cette mission (de l’Otan) qui vise à protéger les civils est en train de les tuer”.

Il a dénoncé “une agression brutale contre un pays souverain”, et a affirmé qu’il était prêt à défendre le colonel Mouammar Kadhafi au cas où il serait jugé par la Cour pénale internationale (CPI).

Qualifiant les pays de l’Alliance atlantique d'”assassins”, Me Vergès a fustigé de son côté un “Etat français conduit par des voyous et des assassins”.

“Nous allons briser le mur du silence”, a-t-il dit.

Le régime libyen, en proie à une révolte sans précédent depuis la mi-février, est frappé depuis plus de deux mois par les raids d’une coalition internationale intervenue le 19 mars pour, selon les termes de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU, assurer la protection des civils.

A l’issue d’une visite de deux jours en Libye, les deux avocats ont indiqué qu’ils allaient commencer les procédures juridiques pour le dépôt de la plainte, dès leur retour lundi à Paris.

Share.

About Author

Avatar

Comments are closed.