Pourquoi certains Français comprennent mal l’islam ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

« L’ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine et la haine conduit à la violence. Voilà l’équation. » Averroès

Suite aux derniers attentats qui ont secoué la France, et d’autres pays bien avant, certaines personnes, parfois très connues, osent insulter les musulmans en évoquant, sans vergogne, leur implication dans ces abominables atrocités. Des paroles et des actes qui véhiculent la haine et le mépris des musulmans, qu’on désigne comme responsables, voire même comme une  « cinquième colonne » !

Avant toute chose, je souhaite mettre au clair certains points. Il s’agit, en fait, de dire haut et fort que ces criminels barbares, qui tuent des personnes se trouvant sur leurs routes en évoquant Allah et son Prophète Mohamed, n’ont rien avoir avec les musulmans et se trouvent à des années lumières des préceptes de l’islam. On peut même oser dire qu’ils vivent comme les Koraïchites d’avant l’islam. Donc, il ne faut pas dire qu’ils sont des musulmans, car ils ont cessé d’être des Hommes avant même d’être des apostats.

Il faut savoir que le Coran est catégorique sur cette question : « C’est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d’Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, c’est comme s’il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c’est comme s’il faisait don de la vie à tous les hommes… » (Sourate 5, V. 32). L’Homme est sacré pour Dieu. Le tuer sans une véritable cause est un énorme sacrilège : « … et ne tuent pas la vie que Dieu a rendu sacrée, sauf à bon droit » (Sourate 25, V. 68).

Nul ne peut nier le fait que le Prophète avait aussi éclairé davantage notre compréhension en matière du meurtre. Al-Boukhari rapporte d’après Abou Hourayra que le Prophète a dit : « La première chose pour laquelle on jugera entre les gens le Jour de la Résurrection, c’est assurément les affaires liées à l’effusion du sang ». Ces barbares de Daech tuent en premier lieu les musulmans, sunnites comme chiites, alors que le Prophète a dit : « Tout musulman est sacré pour le musulman : sa vie, ses biens et son honneur », (rapporté par Mouslim). C’est pour vous dire à quel point est délirante leur compréhension de l’islam.

Cela étant dit, je vais essayer d’analyser, à travers cette humble contribution, un sujet compliqué. Je ne prétends aucunement que je vais le faire d’une manière exhaustive. Je vais centrer mon analyse sur trois causes: l’école, les mass-médias et la propagande antimusulmans.

Le rôle de l’école dans l’ignorance

Certaines Français font un lien entre terrorisme et islam à cause, entre autres, de leur ignorance de l’islam comme religion et de l’Islam comme civilisation. Il suffit juste de regarder ce qui se dit sur les réseaux sociaux pour se rendre compte. L’ignorance, étant une source de la peur, ne doit jamais être négligée quand on traite cette question de l’islam en Occident.

L’une des causes qui ont amplifié cette ignorance est l’agissement de l’école française. Je dis agissement parce qu’on n’a pas considéré utile de revoir cette politique de laïcisation tous azimuts de l’école. Cette dernière n’assure plus le minimum de connaissances requises en la matière, car elle n’enseigne plus le fait religieux ou, du moins, l’étude comparative des religions.

Contrairement aux autres pays européens, la France considère l’enseignement du fait religieux comme une atteinte à la « sacro-sainte » laïcité. Cependant, comme le montre une enquête de 2008 sur ce sujet, les jeunes Français sont favorables, car, d’après eux, ces connaissances leur sont utiles dans le cadre du vivre-ensemble [1]. Je rappelle, chemin faisant, que la deuxième religion en France est l’islam. Avec 7 millions de musulmans, le poids de la communauté musulmane n’est pas négligeable dans la société française [2].

Le Pr Mohamed Arkoun, entre autres, avait toujours regretté le fait que l’école n’aborde pas le fait religieux. Selon cet historien, l’absence de ce genre de cours à l’école est une « catastrophe » pour l’ensemble de la société française. Ce manque de connaissances en la matière empêche tout dialogue constructif et intelligent. Chose que je partage, bien évidemment, avec lui.

A cause de cette erreur monumentale (voulue peut-être par certaines personnes ?!), on voit même des universitaires français qui racontent de sordides histoires, des analyses débiles ! Mais, tout en les blâmant, je comprends aussi leurs situations. Car on remarque aisément leur faible connaissance de la chose (l’islam et/ou l’Islam) qu’ils abordent sous l’allure de « spécialistes » ! Des imposteurs ! Donc, à défaut de connaissances précises dans le fait religieux, c’est juste un charlatan qui parle.

Par ailleurs, je ne peux blâmer les simples citoyens Français. Avec la crise économique actuelle, ces derniers ont du mal à joindre les deux bouts. Donc, ils ont d’autres chats à fouetter que d’y aller chercher la « vérité » sur un sujet qui ne les concerne pas de près. C’est une mauvaise attitude de leur part, bien évidemment, qui est liée plutôt à cette arrogance que prône l’eurocentrisme.

Je tiens, quand-même, à rappeler qu’il y a aussi des français qui ont bien compris le message de l’islam et ne jettent pas le bébé avec l’eau de bain. Vous avez peut-être vu cette dame sur BFM tv. Elle soutient les musulmans de France, tout en soulignant la rigueur de la lutte contre le terrorisme. Il y a aussi des politiques qui ne ratent pas l’occasion pour rappeler aux Français que l’islam n’est pas ce que font ces assassins de Daech.

A cet effet, combattre les idées reçues est un travail de longues haleines, qu’il faut mener avec beaucoup de patience et de courage. C’est la tâche qui incombe notamment aux intellectuels français. Tout en excluant les faussaires parmi eux, qu’on peut facilement repérer à l’aide de Pascal Boniface. Les musulmans doivent y participer pour mener à bien cette mission.

Les méfaits des mass-médias

En fait, après une longue journée de travail, ce que désirent un simple citoyen français (musulman ou non) est le divertissement illimité, afin d’oublier sa fatigante journée. A cet effet, réfléchir devient une activité si épuisante que personne n’ose s’y aventurer.  Mais son erreur centrale est la suivante: en se délivrant à sa télévision, et en étant un acteur passif devant celle-ci, il devient un sujet facilement manipulable.

En effet, devant une chaîne tv qui organise des débats sur ces questions, le spectateur, étant confiant de l’expertise apportée, est souvent acquis aux thèses défendues par les différents protagonistes sur le plateau. Au final, il y a peu de chance qu’il se demande si toutes les thèses possibles étaient traitées. Au final, comme disait Malcolm X, « Si vous n’êtes pas vigilants, les médias arriveront à vous faire détester les gens opprimés et aimer ceux qui les oppriment. »

A ce propos, je vais vous raconter une petite anecdote. Après l’attaque contre Charlie Hebdo du 7 janvier, un collègue Français m’a dit  que « le Coran avait été rassemblé pour la première fois en 1926 ». Le gars était sûr de lui et ne pouvait concevoir autre chose. Mais, je me suis rendu compte qu’il avait vu un documentaire qu’il a mal interprété. C’est pour vous dire à quel point certains Français ignorent la religion musulmane, mais jouent les experts.

Pour des questions de rentabilité, les mass-médias préfèrent des personnes qui ont, certes, le talent d’excellents orateurs, sans jamais maîtriser le sujet. Les médias font du commerce avec cette question de l’islam et le plus important pour eux c’est de faire le « buzz ». Il faut savoir qu’un professeur des universités aura du mal à expliquer sérieusement ce sujet en si peu de temps devant un journaliste, souvent imbécile et inculte mais arrogant, qui n’essaie que de lui couper la parole. C’est une des raisons qui a poussé de nombreux universitaires de notoriété mondiale à boycotter les mass-médias.

Lors de ces récents événements, vous avez tous remarqué que les mass-médias français ont beaucoup appris des méthodes américaines et font uniquement de la surenchère, effleurant même la fiction.

En France, Eric Zemmour est le préféré des médias quand il faut critiquer l’islam. Il sait vendre sa marchandise au public. Ce journaliste, adapte de mensonges, explique, avec deux versets coraniques tirés par-ci et par là, que le Coran est un message de haine et de violence ! Devant lui, pour le contrarier, si le jeu est organisé ainsi, un autre journaliste va lui sortir la phrase du rituel : « mais toutes les religions font appels à la violence… ». La boucle est bouclée. De même pour Onfray ou Finkielkraut. Et la liste est longue. Les néoconservateurs à la française font de l’islam une question centrale. La dette souvraine ne les intéresse pas du tout, alors qu’elle range l’économie française.

Pourquoi agissent-ils ainsi ? Je ne peux sonder leur foi. Il faut savoir qu’ils sont des ignorants arrogants, du moins sur la question de l’islam. Car ils citent, par exemple, un verset coranique dans lequel il y a un appel à la guerre, mais sans citer le contexte et la raison de sa révélation.

Cependant, ils ne sont pas les seuls dans cette sale besogne, parce que les praticiens chevronnés sont surtout les musulmans. A chaque coin de rue, vous pouvez tomber sur un musulman qui peut incérer un verset coranique entre chaque deux phrases, mais sans arriver à vous expliquer son contexte ni la signification admise par la majorité des savants musulmans. Voilà aussi une des erreurs fatales qui nuisent à l’islam et aux musulmans.

On peut remarquer facilement un procédé très malhonnête dans les mass-médias. En effet, ils invitent rarement des spécialistes concernés par la question débattue. Par exemple, sur l’islam on trouve, au mieux, des islamologues (non pas de savants musulmans !) pour débattre avec d’autres invités qui n’ont jamais fait des études religieuses. Parfois, on a affaire à des « philosophes marxistes » pour parler du religieux qui ne les concerne pas du tout ! Ça arrive même qu’on invite des politiciens, de toutes tendances politiques, pour parler de l’islam en France, mais tout en « omettant » d’impliquer des Français musulmans. Sinon, au mieux ils font appel à un soi-disant imam (je pense, entre autres, à Chalghoumi), qui fait de sa vocation un job.

La propagande de l’extrême droite

Aux deux causes, école et mass-médias, on peut rajouter une troisième, qui n’est pas, à mon avis, de moindre importance. Il s’agit de la propagande islamophobe des groupuscules d’extrême droite française. Crise économique aidant, ils montrent souvent les musulmans comme les seuls responsables des problèmes sociaux et sociétaux. Caractérisés par leur discours de haine, ces groupes n’ont pas hésité à utiliser la violence contre les musulmans après le 07 janvier 2015[3]. Il ne faut pas oublier qu’ils investissent les réseaux sociaux pour répandre leur discours antimusulmans. Sur leurs sites et blogs, on trouve des écrits qui diffament l’islam et les musulmans.

Le devoir des musulmans

Néanmoins, une chose est sûre. D’ici quelques mois, ou quelques années, on va assister à la fin de l’histoire de ces criminels, terroristes infâmes qui sèment la terreur et la corruption. Mais, la communauté musulmane en générale et de France en particulier, qui n’a rien à voir avec ces individus  barbares, faut-il encore le rappeler, ne va pas s’en sortir indemne. Daniel BELL disait que « La société étant fragile, un seul acte, une bombe qui explose, peut la réduire en miettes, détruire les rôles de tous les personnages et livrer les hommes à leurs seules impulsions».

Les problèmes quotidiens des musulmans de France « viennent juste de commercer » et ces attentats seront, malheureusement, instrumentalisées pour stigmatiser davantage tous les musulmans, quelles que soient leurs opinions et leurs visions de l’islam. Elles seront préparées à toutes les sauces politico-politiciennes, comme le font déjà certains politiques sans scrupules.

Cela dit, les musulmans de France et d’ailleurs doivent faire preuve de calme, de patience et de courage. Ne pas répondre aux provocations, qui risquent d’être le quotidien. Et il ne faut pas hésiter, cependant, à réclamer, sans ambiguïté aucune, que l’islam n’a rien à voir avec ces criminels. Les musulmans doivent également redoubler d’efforts pour expliquer à leurs compatriotes non-musulmans le message authentique de l’islam et barrer la route à des délinquants dégénérées sous l’effet de Captagon et autres drogues[4], qui veulent mettre la Terre à feu et à sang.

Pour en finir, je tiens à dire que c’est aussi aux musulmans d’écrire leur propre Histoire, et ne pas attendre une quelconque aide. Un proverbe africain illustre bien ce propos : « Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse continueront à glorifier le chasseur.» Effectivement, c’est aux musulmans d’éradiquer cette tumeur cancéreuse qui les range d’intérieur. Oui, ces criminels de Daech est une tumeur qui fait plus de mal aux musulmans. Alors finissons-en une fois pour toutes.

Paix aux âmes de toutes les victimes de ces barbares, partout dans le monde !

Nabil de S’Biha
20 novembre 2015

Notes:

[1] http://www.la-croix.com/Actualite/France/Les-eleves-apprecient-la-religion-a-l-ecole-_NG_-2008-09-26-678156
[2] http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/04/05/le-president-du-conseil-francais-du-culte-musulman-veut-doubler-le-nombre-de-mosquees_4609881_3224.html
[3] http://info.yamar.org/2015/10/22/de-janvier-a-septembre-2015-augmentation-de-200-des-actes-anti-musulmans-en-france
[4] http://www.sciencesetavenir.fr/sante/cerveau-et-psy/20151116.OBS9569/qu-est-ce-que-le-captagon-la-drogue-des-djihadistes.html

Share.

About Author

Avatar

Comments are closed.