Les musulmans et la contradiction des apparences !

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

« Et sans doute notre temps… préfère l’image à la chose, la copie à l’original, la représentation à la réalité, l’apparence à l’être… Ce qui est sacré pour lui, ce n’est que l’illusion, mais ce qui est profane, c’est la vérité. Mieux, le sacré grandit à ses yeux à mesure que décroît la vérité et que l’illusion croît, si bien que le comble de l’illusion est aussi pour lui le comble du sacré. » (Ludwig Feuerbach)

La pratique de l’islam en nos jours connait un certain « remixage » du sacré et du profane. Chose qui ne fait qu’aggraver l’ignorance des idées élémentaires de l’Islam. Je pense qu’il y a matière à écrire un livre pour bien cerner ces « contradictions des musulmans dans le monde moderne ». Mais là je ne fais que partager avec vous ce que peut ressentir la majorité d’entre vous ! Le renversement des valeurs est à son apogée, « faites rappeler car le rappel est bénéfique ».

A cet effet, je me tâcherai de parler des contradictions apparentes et faciles à saisir chez certain(e)s musulman(e)s. Je ne vais pas remonter, vous vous en doutez bien, jusqu’à la bataille de Siffin(*) pour voir « la cause des causes » de cette décadence.

Pour cet exercice je vais prendre l’exemple de certains musulmans, occidentaux en générale et français en particulier, terrain de mon analyse ici. On remarque aisément qu’ils mettent des « djellabas », « qamis », et laissent pousser la barbe, qu’ils préfèrent, pour leur majorité, de garder « sauvage ». Cependant, vous avez remarqué, sans doute, qu’ils portent souvent des chaussures de sport, notamment celles des grandes marques : Nike & Cie. Rien que de les voir, de les écouter puis d’observer leurs faits nous permettent de saisir certaines contradictions désolantes.

Ces musulmans, soi-disant salafistes (pas dans le sens des mass-médias occidentaux), sont du genre à récuser entièrement la modernité et à pointer du doigt l’Occident comme étant l’incarnation du mal absolu, à tort ou à raison, cela importe peu ici. Mais ils n’hésitent pas à courir dans les grands centres commerciaux pour en trouver une paire de chaussure… Quand je les croise dans ces centres en train de faire les « soldes », disent-ils (acceptant tout à fait la société de masse), je me rends compte à quel point ils sont naïfs et facilement manipulables, pour rester amical.

Quand ils achètent les gadgets du capitalisme, ils oublient ou ne veulent pas savoir, leurs vraies origines, ni la souffrance que cause leur production, ni l’injustice inhérente à son mode de fabrication. Ils nient tout simplement le fait que les musulmans opprimés sont, entre autres, des victimes collatérales dans cette extension et la recherche du profit dans la logique du capitalisme, qui est le fondement même des sociétés hédonistes occidentales.

Ils passent leur temps à parler du Prophète (PBSL), mais sans jamais pousser la logique jusqu’au bout pour comprendre le vrai message derrière les comportements du Prophète (PBSL) et ne peuvent saisir, par voie de conséquence, l’essence de l’islam. Ce dernier est réduit, à leurs yeux, à une question vestimentaire, qui reflète en grande partie cette esthétique qui leur fait défaut et dont parle, magistralement, Malek Bennabi.

Je ne vais même pas parler de leur façon de concevoir l’argent qu’ils reçoivent comme aides sociales ; le RSA entre autres. Car là on touche le ridicule à son état brut.

Parlons maintenant des femmes. Je pense que c’est déjà « convenable » de porter un « hidjab » décent, dont la norme est bien décrite dans le Coran et la sunna. Mais là je vois des pratiques qui me révoltent. En effet, comme vous tous, je croise à maintes reprises des femmes avec des « niqabs ». On ne doit pas nier que ces femmes représentent une minorité et qu’elles portent le « niqab », d’une manière générale, suite aux demandes de leurs maris.

N’oublions pas, par ailleurs, que cette pratique vestimentaire est due surtout aux travaux de certains savants musulmans, qui ne font pas d’ailleurs l’unanimité au sein de la communauté musulmane, diverse et complexe. Car rien ne rapport que les femmes du Prophète (PBSL) avaient porté ce genre de vêtements ! Mais cette pratique est plutôt incohérente avec l’islam. Parce que ces femmes en question ramassent souvent toute la “merde” qu’elles peuvent croiser en marchant. Parce qu’elles frôlent le sol avec le tissu qu’elles portent, qui dépasse largement la taille. De ce fait, on peut voir à l’œil nu qu’il est sale.

Question s’impose : à quoi sert d’essayer de pratiquer sa religion à travers les vêtements alors qu’on oubli l’un de ses fondements : la propreté ?

Il y a, à mon humble avis, un grand problème de compréhension de l’islam. Le réduire, comme font certains éléments, est une façon de trahir son message. A titre d’exemple, j’ai croisé hier, dans un bus, une jeune française musulmane, d’origine maghrébine, qui portait un hidjab et un pressing sur son nez. Une telle contradiction ne peut être ignorée sauf si on ne connait pas les fondamentaux. En tout cas, cela m’a profondément interpellé et je me dis qu’il y a une incompréhension, plus ou moins, totale de l’islam chez ces jeunes musulman(e)s. Il y a de ce fait un énorme travail à accomplir afin d’aider ces musulman(e)s et de les orienter sur la pratique qui correspond de mieux à l’islam « authentique ».

L’« infiltration » dont souffre l’islam est une réalité, comme c’est le cas pour d’autres religions (Christianisme notamment), mais nous ne pouvons pas nier le fait que nous avons une responsabilité, à divers niveaux bien sûr, mais qu’il faut néanmoins assumer !

Pour en finir. Dieu, exalté soit-Il a dit : « Dieu ne change pas l’état d’un peuple jusqu’à ce qu’ils changent ce qui est en eux-mêmes. »

Nabil de S’Biha
5 février 2015

*) La bataille de Siffin se produisit en juin/juillet 657 (moharram 37 AH). Le plus fort de la bataille se produisit du 19 ou 20 juillet (1 et 2 Çafar 37 AH) sur les rives de l’Euphrate près de la ville syrienne actuelle de Ar-Raqqa. Ce fut le dernier combat entre Mu`awîya et `Alî. (Source : Wikipédia)

Share.

About Author

Avatar

Comments are closed.