Il n’y aura pas de génération d’indigènes francisés pour le “rendez-vous” de 2030 !

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

وَيَمْكُرُونَ وَيَمْكُرُ اللَّهُ وَاللَّهُ خَيْرُ الْمَاكِرِينَ – الآية 30 ، سورة الأنفال

«Les hordes sales et fielleuses qui font commerce des “constantes” : ulémas assis et inutiles pour notre nation, journaux post-FIS qui opèrent encore avec le mode massacres et faux barrages, les prêcheurs lancés comme des égorgeurs d’opinions et les foules bêtes et stupides de notre système plébéien. “Un jour elle peut être tuée !” m’avait dit un ami. Et on y est.» (Kamel Daoud)

Dans le quotidien El Watan – l’une des voix patentées du franco-berbérisme et de l’éradication – l’un des renégats assumés, Kamel Daoud, vient de se fendre d’une nouvelle attaque (1) contre l’Islam et la langue arabe, en en appelant à la mobilisation du ban et de l’arrière-ban des “Croisés indigènes” autour de la ministre de l’Education nationale, la dame Benghabrit et de son opération de francisation de l’Ecole algérienne, menée à la hussarde, et en partie pilotée depuis Paris, à la faveur de la quasi-vacance, et du pouvoir et de l’Etat…

Cette nouvelle charge, d’une violence inouïe contre l’Islam, les musulmans et la langue arabe, les citoyens lucides devront la situer bien au-delà d’une actualité sursaturée par la levée de boucliers d’une certaine  presse francophone et même arabophone, pour certains titres, contre une simple institutrice, coupable à leurs yeux, de faire l’apologie de l’Islam et de la langue arabe dans sa classe. Au grand dam, de la dame Benghebrit et de son commando de dynamitage de la langue nationale, dont certains membres sons venus exprès de Paris ; et à grands frais…

Une certaine presse maintenue à flot, à coups de subventions publiques illégales et corrompue à coups  d’enveloppes individuelles, prélevées sur les Caisses Noires des Services… Une certaine presse qui fut le fer de lance de la guerre psychomédiatique menée par les généraux putschistes criminels, leurs auxiliaires en cols blancs, et leurs “coopérants” des Services français, durant la décennie noire de la répression sanglante contre le parti du Front Islamique du Salut, spolié de sa légitimité électorale par le Coup d’Etat du 11 Janvier 1992, et contre le Peuple profond, puni pour avoir voté pour ce parti. Une certaine presse, clairement alignée sur les projets de l’Ordre Mondialiste, avec ses mensonges, ses manipulations de masse, ses guerres, ses pillages et ses crimes contre les Peuples musulmans. Au nom disent-ils…, de la “Guerre internationale contre le terrorisme”… Et on connait la musique, depuis la grande escroquerie historique du 11 Septembre…, dont on commémore précisément aujourd’hui, l’anniversaire funeste pour le monde musulman à travers le monde : Afghanistan, Irak, Yémen, Libye, Syrie… Et la liste reste ouverte…

M. Kamel Daoud serait-il donc encore plus stupide que ne le suggèrent ses photos de malheureux paumé ? Ou ses actes, comme sa récente et humiliante allégeance au traitre sioniste berbériste et sécessionniste Ferhat Mehenni du MAK ?… Il ne s’agit pas de sauver la Benghabrit malheureux !

La corporation des journaleux stipendiés de la francophonie est en grande partie complice de la situation de désordre politique et de haine socio culturelle qui règne dans notre pays. Telle une meute, tantôt jappante tantôt hurlante, au gré des os publicitaires que leur jette le régime, ou de ses ordres d’attaque du genre “choppe-les” !…, “les”, étant le “ghachi” que nous sommes… Comme viennent de le faire les Kamel Daoud et autres Abdou Semmar (2) qui prétendent dicter leurs phantasmes de misérables déracinés sans repères, perdus dans leur propre Société, à plus de 90% d’Algériens qui refusent d’être autre chose qu’eux-mêmes. Un pitoyable  ramassis de “soldats en ligne”, de plume ou de verbe… En service commandé, régurgitant leur haine de l’Algérie profonde – musulmane et arabo-berbère, et rien d’autre que cela – dans le même égout de la trahison. Celle d’hier, comme celle qui est en cours aujourd’hui…

Car, qu’y aurait-il de changé sous le Soleil d’Alger ?… Qu’y aurait-il de changé depuis les premières années de l’Indépendance, entre harkis d’hier et ceux d’aujourd’hui ? Il y a juste une différence de génération, voire même d'”étoffe”…, puisqu’aussi bien, même dans la trahison, il y a les gros calibres, les gros félons et puis il y a les minables, les minets, le menu fretin… Qu’y a-t-il à comparer en effet, entre un ex-chanteur à la mandoline de la farine d’un Ferhat Mehenni et un intellectuel complexé, comme l’ancien officier franco-algérien, Abdelkader Rahmani ? Rien, absolument rien, sinon leur haine commune de l’Islam et de l’arabe. Symptomatique est d’ailleurs ce changement de génération à la tête du mouvement franco-berbériste il y a juste un an, avec la mort de Rahmani, qui fut l’un des pionniers du franco-berbérisme dès les années 1960, et co-fondateur, avec Muhend Arab Bessaoud, de la sinistre “Académie berbère de Paris”, sous le parrainage – j’allais dire le “verrouillage”… –  de Jacques Bénet, judéo-sioniste impénitent et honorable correspondant du Mossad et des Services français. Un Jacques Bénet qui a organisé – avec l’aide discrète de Mitterrand – leurs rencontres successives, au fil du temps, avec les chefs sionistes, Ben Gourion, Shimon Peres et Golda Meir… Déjà, me direz-vous !…

Notre pays se trouve incontestablement, en présence d’une “volonté” opportuniste manifeste, aisément identifiable, qui cherche à jeter les jalons d’un reniement national irréversible, imposé au Peuple, enhardie qu’elle est – cette “volonté” – par la carence totale d’un Etat, frappé comme par homothétie, par l’interminable et probablement définitive incapacité invalidante d’un président-otage de son entourage mafieux, moralement corrompu et pénalement entaché de graves suspicions…, et qui gère illégitimement et illégalement, le destin d’un Peuple de 40 millions d’hommes et de femmes, par le mensonge, par la falsification des Actes officiels et par la manipulation médiatique. Dans le silence complice et/ou lâche des hommes et des Institutions concernées. Je ne citerai ici qu’à titre indicatif : le Conseil Constitutionnel et son Président Noureddine Meddelci, en veuvage de sa nationalité d’antan…, que j’accuse formellement et publiquement, en tant que citoyen, de se faire le premier complice de la tragédie institutionnelle dans laquelle se trouve plongé notre pays, du fait de l’incapacité du président à assumer sa tâche et des graves menaces qui pèsent – à très court terme – sur l’Indépendance et l’Unité de notre pays.

Traitres agités de tous les horizons ! Méfiez-vous des Peuples qui font semblant de dormir…

La France l’a appris à ses dépens, un certain 1er Novembre 1954…

Abdelkader Dehbi
14 septembre 2016

(1) http://www.elwatan.com/actualite/sauvez-benghebrit-sauvez-vos-enfants-09-09-2016-328436_109.php
(2) http://www.algerie-focus.com/2016/09/developpement-dabord-paradis-ensuite-abdou-semmar/

Share.

About Author

Comments are closed.