Lettre ouverte aux Généraux du DRS

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

La lettre ouverte qu’El Watan n’a pas voulu publier

Mes chers et estimés Généraux,

Le journal El Watan a publié une lettre ouverte au Président Bouteflika, où un Universitaire algérien lui enjoint de démissionner sur le champ, avant d’être jeté comme un malpropre, et qu’il devrait s’estimer heureux de ne pas avoir été expulsé. Entre deux policiers communaux, ai-je tout de suite pensé.

Lorsque j’eus fini de la lire, cette belle lettre ouverte, brève comme un crachat de chiqueur initié, qui gicle avec un bruit de missile sol-sol, il m’est resté, au travers de la gorge, comme un goût d’inachevé, comme si quelque chose d’important, de très important, s’était glissée entre les lignes, avant de se barrer dare-dare. Et je suis restée ainsi sur ma faim, jusqu’à ce qu’un lecteur du Quotidien d’Algérie me souffle l’idée de vous écrire à vous aussi, mes chers et estimés généraux, une lettre ouverte, du même acabit que celle de l’Universitaire à Bouteflika.

Ce fut un éclair dans la nuit.

Voilà ce qui manquait à la lettre adressée à Bouteflika.

Pour solder le compte, et mettre toutes les pendules à l’heure.

Pour que le trébuchet soit stabilisé, si tant est qu’il peut servir à peser autant l’or fin que les ordures recyclées.

Et c’est pour ça que je vous la fais, mes chers et estimés généraux, cette lettre ouverte.

Je vous rassure tout de suite, je ne me permettrais pas la plus petite crasse. Je connais mes limites. Et celle du journal El Watan, surtout. Je ne veux pas mettre dans la gêne, dans les deux sens du mot, cet honorable, et très courageux journal.

Et donc, je ne vous dirais que des choses vraies, à la mesure de vos honorables personnes.

D’abord et avant tout, je voudrais vous remercier d’avoir sauvé la République, comme vous nous l’aviez promis, et de nous avoir évité la catastrophe. Heureusement que vous êtes intervenus à temps.

Si ce n’était votre mâle interruption, Dieu sait ce qui aurait pu nous advenir. Ces islamistes que vous avez démocratiquement démasqués, et que vous avez désigné à la réprobation générale auraient certainement provoqué une catastrophe, Dieu nous en préserve!

Un ami mien, qui connait bien l’Afghanistan, m’a assuré que si ce n’était pas votre action de salut public, qui nous a épargné le salut islamique, nous aurions pu nous retrouver dans une guerre contre les civils, qui aurait pu nous coûter 200 000 morts, et même plus. Et si vous ne les aviez pas arrêtés à temps, ces tueurs hirsutes, ils auraient enlevé des milliers de citoyens innocents, peut être 20 000 personnes, qu’ils auraient sauvagement torturés, avant de les exécuter sur le bord des routes, où de les jeter à la mer, du haut de leurs hélicoptères afghans. Et bien sûr, ces criminels sadiques, auraient utilisé leurs cétéairis pour nous couper en petits morceaux, violer nos femmes et nos enfants, et jeter nos cadavres à leurs chiens Doberman qu’ils nourrissent de chair humaine.

Grâce à vous, tout cela nous a été épargné.

Voyez l’Etat de Droit que vous nous avez offert sur un plateau, comme nous sommes heureux, combien nous aimons notre pays, que notre jeunesse ne veut pas quitter, même pour des vacances, tellement ils y sont choyés, entourés de sollicitude.

Vous avez renforcé nos Institutions, où trônent les élus du peuple, élus dans une totale transparence, dans des scrutins exemplaires.

Pour renforcer la démocratie, vous avez encouragé la création d’un nouveau Parti, le très honorable RND, qui a été littéralement plébiscité. Ce cadeau royal que vous avez offert à notre jeune démocratie, et dont tous les élus sont des symboles de probité.

Grâce à vous, les partis de l’opposition sont devenus de puissants outils pour un sain exercice de la politique.

Ces partis politiques sont devenus des écoles de la vie, où on vous apprend l’intégrité, l’engagement, l’abnégation, où tous les militants vivent de leurs salaires, tout particulièrement ceux du FLN, du RND, du MSP, du PT, et tous les autres qui tentent de se conformer au bel exemple qui leur est prodigué.

Ah, mes chers généraux du DRS.

Que vous êtes admirables, que vous me semblez propres !

Franchement, puisque votre renomméeest égale à votre lucre,vous êtes nos sauveurs bien-aimés.

Comment avez-vous fait, mes chers et estimés Généraux, d’où avez-vous tiré cette force inouïe, pour résister ainsi aux sirènes trompeuses du profit et de l’arnaque ?

Vous remercierons-nous jamais assez, pour avoir enduré avec tant de patience, de vivre dans le dénuement, avec ces traitements minables qui vous sont versés, en contrepartie de tant de sacrifices ?

Mais le bois de l’arbre qui a servi à tailler des hommes de votre trempe ne pousse plus sur nos terres.

Nulle nation n’aura eu l’insigne privilège de mériter des Titans de votre envergure, ni n’a eu la chance d’être protégée par les fiers guerriers que vous êtes. Puissiez-vous être préservés du mauvais oeil !

Aujourd’hui, les fruits de votre noble entreprise, au service de la Nation, nous sont enviés par les peuples du monde entier.

Voyez comme ce pays est paisible, au moment où une vague de violence déferle sur les pays voisins !

Grâce à vous, il est des mots dont nous ne connaissons même pas le sens, comme corruption, trafic d’influence, népotisme, pillage des richesses nationales, enlèvements, assassinats de masse, arrestations arbitraires, fraude électorale, état d’urgence, et tant et tant de choses horribles qui sévissent partout, sauf chez nous.

Aujourd’hui, grâce à vous, la liberté de la presse est l’une des plus libres du monde, au point où elle publie des lettres ouvertes contre vous, malgré votre impeccabilité.

Alors, je n’ai plus qu’une chose à vous dire: Restez avec nous, ne partez jamais, et surtout ne changez rien à votre admirable action pour la nation ! Ne changez rien! Et sachez que nous vous aimons ! Nous vous aimons à un point que vous ne pouvez pas imaginer, jusqu’à la mort…

Avec mes sentiments les plus sincères.

Djamaledine Benchenouf
Petit journaliste de province, mais néanmoins votre admirateur béat.
16 octobre 2012

Share.

About Author

Avatar

Un commentaire

  1. Avatar

    RE: Lettre ouverte aux Généraux du DRS
    DRS : « ORGANISATION CRIMINELLE » et «MAFIA TENTACULAIRE»

    Le DRS n’est pas le DRS s’il ne sème pas la terreur ! Exactement comme la Gestapo. Cette dernière a été définie et qualifiée « organisation criminelle » par le Tribunal de Nuremberg. Ainsi va du DRS, dont la logique principale, la marque spécifique de la dite Police politique du Régime militaro-mafieux d’Alger est la violence meurtrière permanente. Et c’était en fin connaisseur, de l’intérieur même de la « boîte » que Mécili disait en 1962 déjà « Le MALG va dévorer l’Algérie ! »…….

    Assassinats, massacres, attentats, tueries, rapts, kidnappings, la manipulation massive des extrémistes de tous bords(islamistes, baassistes, autoritaristes/militataristes pro-Généraux, etc.) et toutes autres sortes de crimes dans son parcours. Faut-il rappeler aussi qu’à sa naissance, les Généraux français n’étaient pas du tout inquiets : ils savaient que le MALG de Boussouf est conçu pour exercer le contrôle et la surveillance de la société, de la population « indigène ». Et c’était au plus fort de la Guerre d’indépendance que le criminel Boussouf avait commencé ses besognes sanguinaires, ciblant les héros du mouvement libérateur : Abbane, Mellah, Amirouche, Zighout et autres grandes figures de la Résistance contre la barbarie coloniale française…..La liste est longue de ces Grands Hommes tombés sous les balles et/ou les tortures du MALG, de la SM, puis du DRS. Et combien de mouvements, de protestations ont été cassés, dont LA Grève des dockers d’Alger en 1976, le Printemps berbère et ses suites, le Printemps noir 2001et ses 121 victimes, les 250 000 victimes de la Guerre civile, instiguées et planifiée par le Cabinet noir, et mise en pratique par le DRS. Les 20 000 disparus, 40 000 veuves, 300 000 orphelins, 900 000 exilés, xxx 000 milliards de dégats matériels et logistiques font aussi partie de la comptabilité maccabre de la Stratégie de la tension conçue par les Maitres du DRS (1991-2012)….

    De nos jours, le DRS est « ramifié » à tous les domaines d’activité politique, économique, sécuritaire, et tissé sa « toile d’araignée », son quadrillage partout : institutions, associations, entreprises, sociétés, tous les secteurs, à tous les stades et échelons. Et surtout : le commerce extérieur, l’import-export, le trabendo, les trafics en tous genres, le proxénétisme, la prostitution, la drogue, le net, les blogs, les médias, la presse, les radios, partis, associations, etc… Et recrute fortement dans les instituions (facs, lycées, hôpitaux, usines, entreprises, administrations) convoitées quotidiennement par les flux importants de population, cette population que le DRS considère comme « l’ennemi intérieur », l’ennemi à abattre, et tient à le surveiller, le contrôler, l’embrigader, le terroriser et le régenter.

    Son «système concentrationnaire» constitue la «49° Wilaya» : bagnes, prisons, redoutes, cachots, caves…..où ses sbires assoiffés de sang pratiquent «la torture généralisée», héritée de triste mémoire, celle des sinistres pratiques d’Aussaresses, Le Pen, Godard, Léger et compagnie …..

    Le DRS est « partout et nulle part » ! Partout, du fait de son quadrillage systématique. Nulle part en raison de son organisation et sa structuration secrètes, invisibles, imperceptibles…..mais décelables !

    Le DRS c’est le Pouvoir réel, le Sommet de la « Pyramide du pouvoir », c’est l’Enclave autoritaire principale, la main de fer des Généraux, leur bras politique, la colonne vertébrale et l’épine dorsale du Régime militaire, son Syndicat du crime, son fer de lance, son cœur et son cerveau, son Centre névralgique, son mur de soutènement, sa digue de protection, sa force d’interposition……contre tout ce qui peut menacer les intérêts de la « caste militaro-mafieuse » qui détient le Pouvoir dictatorial, total, absolu..…