Paris – Alger : le double discours de Jean-François Copé

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, a effectué une visite de deux jours, les 10 et 11 juillet, à Alger. Cette visite s’inscrit dans le cadre de la campagne pour la réélection de Nicolas Sarkozy. Au-delà de la campagne présidentielle, il est intéressant de se pencher sur le double discours de Jean-François Copé qui ne pratique visiblement pas la même politique selon qu’il se trouve sur la rive Nord ou la rive Sud de la méditerranée.

En effet, quelques jours avant son départ pour Alger, le 7 juillet, Jean-François Copé a été le grand animateur de la convention de l’UMP sur l’immigration. Cette convention visait essentiellement à faire des « propositions » ayant pour but de limiter l’immigration et de réduire les droits des immigrés.

Durant cette convention, l’UMP a dévoilé ses vingt-trois propositions sur l’immigration. Parmi ces propositions, il y a le conditionnement des « prestations sociales au respect du contrat d’accueil », par lequel les immigrés s’engagent notamment à apprendre le français. L’UMP préconise également le passage de 45 jours à deux mois la durée de détention des clandestins et l’augmentation de 25 % du nombre de places dans les centres de rétention administrative. Une « caution-retour » serait par ailleurs exigée par les autorités consulaires pour les demandes de visa de courts et moyens séjours « à risques », caution qui serait restituée au retour dans le pays d’origine (1).

Si l’UMP a écarté l’idée de supprimer le statut de binational, comme le réclamaient certains députés, cela n’est nullement dû à un élan d’humanisme soudain ou à une volonté de s’ouvrir aux peuples d’Afrique ou du Maghreb. La crainte était que cette loi face des victimes collatérales d’une importance politique plus conséquente : les Français de l’étranger et notamment les Franco-israéliens (2).

Trois mois auparavant, le même Jean-François Copé avait été un des grands animateurs de la convention de l’UMP sur la laïcité qui se résuma en une série de vingt-six propositions visant à réduire les droits des musulmans en général et des musulmanes portant le foulard en particulier. Cette convention s’est avant tout illustrée comme une étape dans le processus de « radicalisation cumulative » s’exerçant contre les musulmans vivant en France (3).

Par cette politique, Jean-François Copé est incontestablement l’un de ceux qui entretient et développe les sentiments xénophobes, arabophobes et islamophobes, d’une partie de la population française.

Arrivé à Alger, les idées politiques de Jean-François Copé se sont soudainement métamorphosées. Le Torquemada de l’islam et de l’immigration s’est mué en partisan du rapprochement des cultures et des civilisations : « Nos relations historiques, la densité et la richesse de nos liens humains sont à mes yeux une chance unique que nous n’avons pas sue suffisamment exploiter. Nous devons favoriser un rapprochement entre nos sociétés civiles, sortir des sentiers battus, aller de l’avant, être audacieux ! »

Au chapitre circulation des personnes, Jean-François Copé a soudainement oublié son vocabulaire fait de « reconduite à la frontière » et de « contrôle de l’immigration ». Il a fait remarquer que « la France délivre près de 140 000 visas par an, pour environ 200.000 demandes. Le taux de refus diminue, nous délivrons de plus en plus de visas de circulation et nous avons fait un effort important pour améliorer les conditions d’accueil, notamment par le recours au prestataire Visa France ». Il a ajouté par ailleurs que « l’Algérie bénéficie en outre d’un régime favorable pour les visas de longue durée et pour le séjour, conformément aux accords de 1968 que nous sommes prêts à améliorer encore, pourvu que nos préoccupations soient prises en compte, conformément au principe de réciprocité. D’un point de vue personnel, je pense que la renégociation de l’accord de 1968 doit être l’occasion d’améliorer la mobilité des chefs d’entreprises, des chercheurs, des artistes » (4).

Les réserves de change de l’Algérie estimées à plus de 150 milliards de dollars et la croissance annuelle de l’économie algérienne supérieure à 4% auraient-elles une influence salutaire sur les idées politiques de Jean-François Copé ?

Malgré son discours policé pour la circonstance, Jean-François Copé n’a pu s’empêcher d’insulter la mémoire des Algériens en les appelant « à aller de l’avant plutôt que de regarder dans le rétroviseur » c’est-à-dire à tirer un trait sur les crimes coloniaux commis par la France. Chassez le naturel…

Youssef Girard
14 juillet 2011

Références :

(1) Garat Jean-Baptiste, « Immigration : les propositions chocs de l’UMP », URL : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/07/06/01016-20110706ARTFIG00667-immigration-les-propositions-chocs-de-l-ump.php
(2) Andriamanana Tefy, « Immigration : l’UMP ménage la chèvre Borloo et le chou Luca », URL : http://www.marianne2.fr/Immigration-l-UMP-menage-la-chevre-Borloo-et-le-chou-Luca_a208232.html
(3) Cf. notre article, « Entre laïcité coloniale et « radicalisation cumulative », URL : http://www.ism-france.org/analyses/Entre-laicite-coloniale-et-radicalisation-cumulative–article-15397
(4) « Jean-François Copé à Alger, la France n’aime pas le « rétroviseur » », URL : http://jijel-echo.com/Jean-Francois-Cope-a-Alger-la.html

Share.

About Author

Avatar

3 commentaires

  1. Avatar

    Mission : financement campagne !
    Un régime qui respecte la personnalité algérienne, son honneur et sa dignité, n’accepterait jamais de recevoir une racaille de cette espèce de politicien raciste, fasciste et anti Arabe et anti Islam, mais tout le monde sait, qu’il n’est pas venu pour manifester son amitié au peuple Algérien qu’il déteste, sa mission consiste principalement à ramener avec lui une valise remplie de billets d’Euro d’un montant qui dépasse le milliard d’Euro pour assurer pleinement avec succès la campagne électorale des Présidentielles en 2012. Le voyou sinistre Moggadem, devenu conseiller du président, a fait quelques confidences à ses amis parisiens au Fouquets, à Paris, qu’il avait remis plus de 500.000 Euros à un membre du cabinet e Sarkozy et que ce dernier n’était pas satisfait de cette petite somme qui ne couvrairait pas l’ensembles de sa campagne présidntielle, c’est pour cette raison, que Sarko, a décidé d’envoyer son homme de confiance pour rappeler au locataire du palais de la mouradia, que le soutien de la france en ce moment de périls et de mances, le coût serait le triple, et ce voyou de coppé juif d’origine roumaine, sioniste, est revenu satisfait de sa mission. Les voleurs, les magouilleurs, les escrocs, le corrompus, les assassins et les criminels n’ont pas de dignaités et ils achètent à n’importe quel prix le soutien de fafa pourvu qu’il demeurent au fauteuil et ce nain corrompu s’acroche et refuse de partir tant qu’il est encore temps de sauver sa tête et sa famille. l’Algérie par la faute de cette faune de prédateurs qui nous gouvernent par la force et par la terreur ont fait de notre pays une poudrière à tout moment elle risque d’exploser et ce sera un terrible séisme indescriptible et irréparable.

    • Avatar
      Abdelkader Dehbi on

      RE: Mission : financement campagne !
      @ — KADIRI :

      En fait, c’est l’Histoire qui se répète : En Novembre 2006, le ministre-candidat Sarkozy était venu lui-même “conseiller” à Bouteflika de placer en portefeuilles US sur la place financière de New-York, une partie de nos excédents – environ 43 Milliards de Dollars – et ce, par le truchement du Cabinet Fiduciaire Baker & McKenzie, alors dirigé par Mme Christine Lagarde. Cette dernière a grassement commissionné le courtier Sarkozy. On parle de 7 millions de Dollars….

      Aujourd’hui, les rapports de vassalité entre Alger et Paris sont devenus tels, que le sioniste Sarkozy – qui se considère comme un véritable Proconsul d’Israël à Paris – n’a même pas jugé de se déplacer lui-même.

      Si l’Algérie était un Etat de Droit respectable, M. Bouteflika serait pénalement poursuivi pour prévarications sur les deniers publics et forfaiture morale. Je défie le pouvoir algérien de prouver qu’il peut récupérer cette somme colossale auprès du gouvernement US.

  2. Avatar

    Quand le Nif fait défaut !
    Vivement la révolution libératrice de notre pays.. leur visas, leurs lois et leur arrogance ils pourront se les mettre là où il se doit.

    Dire qu’en 62 nous pensions en avoir fini avec le venin et la malfaisance de la France !!!