Lettre à Jean-Luc Mélenchon

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Lettre ouverte d’un citoyen algérien ordinaire à M. Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche aux élections présidentielles françaises de 2012

Monsieur Jean-Luc Mélenchon,

Je m’adresse à vous si je puis dire, intuitivement, pour relayer cet appel auprès de tout ce que compte la France d’hommes politiques et intellectuels d’honneur, restés encore debout et soucieux de défendre les causes de Liberté et de Justice. Intuitivement dis-je, parce que parce que vous avez réussi en quelques mois, en tant qu’homme politique d’honneur vous-même, à laisser de nouveau entrevoir, y compris en dehors de votre pays, un prochain retour en force en France, des principes de liberté et de morale, de justice et de droit, terriblement mis à mal tout au long de ces dernières années par un pouvoir soumis aux forces de l’argent, quand ce n’est pas à l’argent tout court.

Je fais appel à vous pour vous informer d’une grave forfaiture qui vient d’être commise sur le territoire français : Hier, lundi 16 Janvier 2012, vers midi, le Dr Mourad Dhina, citoyen algérien, père de six enfants et légalement résident en Suisse, a été arrêté à l’aéroport d’Orly, par les autorités françaises, au moment où il s’apprêtait à prendre l’avion pour Genève, à l’issue d’un séjour de plusieurs jours à Paris où il s’était rendu quelques jours plutôt, pour prendre part au Conseil Exécutif du Mouvement Rachad, un mouvement islamiste modéré, d’opposition au régime des généraux d’Alger ; un mouvement essentiellement composé d’intellectuels et d’Universitaires de haut niveau, et dont il est l’un des dirigeants et membre fondateur.

Selon les informations dont je dispose à l’heure où j’écris ces lignes, ici à Alger, le régime des généraux – lui-même issu du Coup d’Etat du 11 Janvier 1992 – inquiet du regain d’activité politique en Algérie et à l’étranger, déployé par l’opposition démocratique crédible comme celle du Mouvement Rachad, aurait demandé au gouvernement français, d’exhumer un vieux Mandat d’Arrêt International que le régime des généraux avait émis contre le Dr Mourad Dhina, dans la foulée des dizaines de mandats que les putschistes avaient émis contre les dirigeants du FIS et la majorité des élus de ce parti aux élections du 26 Décembre 1991, au lendemain de l’annulation des élections par les putschistes.

Cette exhumation 20 ans après, d’un mandat de justice scélérat, parce que de caractère purement politique est d’autant plus frappée de suspicion qu’elle semble résulter de tractations pour le moins immorales qui eurent lieu lors du voyage-éclair de quelques heures à Alger – le 5 Décembre 2011 – de M. Claude Guéant, dont les mauvaises langues prétendent qu’il a été envoyé par son maître de l’Elysée, pour rééditer la généreuse donation de Novembre 2006, dont a bénéficié le candidat-Sarkozy, sur des fonds appartenant au peuple algérien. Un Sarkozy qui plus est, se trouve aujourd’hui privé par la force des choses, des largesses de son ex ami, le défunt colonel Kadhafi…

Ce genre d’arrangements sulfureux, il en a toujours existé de semblables, tout au long des deux dernières décennies entre les deux gouvernements algérien et français – aujourd’hui l’un et l’autre aux abois – et qui semblent de nouveau remettre à l’ouvrage la coordination de leur politique systématique de répression contre les islamistes et de protection des acteurs principaux de la tragédie algérienne, qu’on baptise ici de “décennie noire”. Et plus généralement, contre tout ce qui n’entre pas dans ce magma néocolonialiste nauséeux, d’une certaine “Françalgérie” agissant en marge des lois et des usages entre Etats ; une “Françalgérie” qui se joue des principes de la morale, voire du simple respect du Droit et qui est de plus en plus dominée par le copinage et les intérêts particuliers communs entre clans des deux pouvoirs, par-dessus la Méditerranée.

Monsieur Jean-Luc Mélenchon,

A travers cette arrestation arbitraire d’un citoyen algérien, nous assistons à une action quasi-mercenaire, de la part d’un gouvernement de M. Sarkozy en perte vertigineuse de légitimité, continûment éclaboussé par des scandales à répétition, qui révèlent chaque jour un peu plus, sa grande vulnérabilité aux pressions des intérêts particuliers et aux forfaitures de toutes sortes. Au point que ce gouvernement en est réduit aujourd’hui, à l’instrumentalisation des institutions républicaines françaises comme la Justice et la Police, pour le compte de ses “amis” du régime algérien illégitime, en butte à des centaines de plaintes de citoyens algériens – agissant en tant que victimes ou ayant droit – pour faits de tortures, de disparitions forcées et de tant d’autres Crimes Imprescriptibles dont sont actuellement saisies de nombreuses juridictions européennes – la France des Chirac et des Sarkozy préférant, elle, couvrir ses anciens soudards de l’ex armée coloniale, comme ce fut le cas en Avril 2001, pour le général Khaled Nezzar, fuyant Paris, grâce à la complaisance du gouvernement français, à bord d’un avion spécial envoyé par le régime d’Alger, un régime aujourd’hui affolé par les vents du changement qui soufflent à son voisinage et qui croit imprudemment que ses protecteurs de Paris pourront le mettre à l’abri du rouleau compresseur de l’Histoire en marche.

Abdelkader Dehbi
militant des Droits de l’Homme, Alger
17 janvier 2012

Share.

About Author

Avatar

6 commentaires

  1. Avatar
    rayon de soleil on

    RE: Lettre à Jean-Luc Mélenchon
    Salam aleykoum
    Il faut ecrire plutot aux journalistes indépendants.Il ne faut rien esperer des politiques.Et quand bien meme ,peut etre Eva Joly ,une femme integre serait plus à meme de répondre à votre demande au nom de ses principes.Il faut contacter des avocats comme maitre Verges qui a l’habitude des médias.Les politiques auront moins de moyens d’actions si l’affaire s’ebruite.
    Je ne sais pas à l’heure qu’il est ,ou en est l’arrestation du Dr Mourad Dhina.Mais son entourage devrait agir rapidement.Je suppose qu’ils sont en train de faire le maximum.Et meme s’ils finissent par l’extrader ,il faut continuer à faire de son mieux ,ici en france pour que les médias indépendants s’emparent de l’evenement.
    Allah y ‘aouène

  2. Avatar
    rayon de soleil on

    Question sur la vie de mourad Dhina
    Salam aleykoum
    J’ai trouvé un article sur rue 89 qui dit que Mourad Dhina serait derrière le groupe eldjazara qui serait affilié au groupuscule FIDA qui serait derrière les assassinats d’intellectuels et journalistes algerie.
    Est ce quequelqu’un peut me dire si c’est vrai ?
    En tous cas,cela ne semble pas coller avec le personnage qui semble plutot modéré

    • Avatar

      RE: Question sur la vie de mourad Dhina
      Vous trouverez plein d’âneries de ce genre diffusées par les services de propagande du système algérien depuis 20 ans dans le but d’atteindre tous ceux qu’ils n’étaient pas en mesure d’emprisonner, de torturer ou d’exécuter.

      Vous trouverez des absurdités comme les 125 (tous exilés) condamnés à mort par contumace dans l’affaire de l’Aéroport.

      Vous trouverez aussi que Mourad Dhina était plus fort que le parrain de la mafia italienne et russe réunies car il envoyait “depuis Genève !” des armes, des engins militaires et même (j’ai lu ça sur Echourouk) des avions !!!

      Bref un faisant travailler ses méninges un tant soit peu on peut répondre soit-même à ce genre d’idioties:

      1- si le 1/100ème de cela était vrai il ne serait pas resté libre 20 ans en Europe et activer politiquement jusqu’à fonder un mouvement qui prône le changement radical en Algérie.

      2- en ayant à l’esprit la règle suivante: “plus une personne dérange le système pourri en Algérie, plus il lui en rajoute une couche”; seulement voilà.. ils ne se rendent pas compte qu’en mettant trop de couches ils se rendent ridicules devant les justices indépendantes de ces pays.

    • Avatar

      RE: Question sur la vie de mourad Dhina
      @ rayon de soleil:
      Je suis un peu étonné par la teneur de l’article de Rue89 qui tente de criminaliser Mourad Dhina par association, mais peut-être faut-il attribuer la raison au fait qu’Amel Bouzidi adhère entièrement aux thèses de son oncle Farid Bouzidi, ancien attaché militaire à l’ambassade d’Algérie à Paris.

    • Avatar

      Réponse sur la vie de mourad Dhina
      Salam alaykoum rayon de soleil
      Mourad Dhina a rejoint le FIS après le coup d’Etat de janvier 1992 et la dissolution administrative de ce parti, pour manifester son rejet de l’entreprise criminelle des putschistes qui ont entrainé l’Algérie dans une aventure hasardeuse qui a coûté un quart de million de victimes. En 2002 il a été désigné par le congrès du FIS comme chef du Bureau exécutif national provisoire. En 2004, il a démissionné du FIS. Faut-il rappeler que ce n’est pas un crime d’être cadre d’un parti légitime qui a gagné les seules élections locales et législatives libres et transparentes de l’histoire algérienne et dont les cadres, militants, sympathisants et base sociale ont été laminés par la machine de la répression des janvieristes ?

      Mourad Dhina a répondu en français, par vidéoclip disponible également sur youtube (1), aux critiques qui lui ont été faites par le passé concernant ce passage. Elle a dû l’écouter expliquer que ses propos ont été sortis de leur contexte. Elle a dû comprendre que le sujet abordé avec le journaliste était « la sélectivité dans la dénonciation des crimes en Algérie sur laquelle je me suis insurgé ». Elle a dû écouter Mourad Dhina dire :

      « J’ai dit : s’il y a des morts, nous devons pleurer tous nos morts et dénoncer tous les crimes. Je suis le premier à dénoncer tous les crimes qui ont entrainé la mort de centaines de milliers de nos frères algériens et algériennes. […] A un moment donné, je parle d’intellectuels de gauche, il faut bien remarquer que dans la vidéo il y avait une coupure. J’ai mentionné le nom d’intellectuels de gauche parce que c’était dans un débat non transmis dans le documentaire, entre moi et l’interviewer, sur qui ils étaient. Lui [il] disait que c’étaient des intellectuels de gauche. J’ai dit écoutez, c’est votre appréciation, et si vous insistez à les nommer comme ça, qu’il en soit ainsi. […] Je n’accepte pas la sélectivité. On ne parle pas de la mort de X pour oublier celle de Y. Pour moi tous les Algériens qui ont été assassinés dans la tragédie que nous avons connue méritent le respect et méritent qu’on fasse la vérité sur ce qui s’est passé. Je n’accepte pas les étiquettes collées ici et là : celui-là est un intellectuel qui a été tué par un intégriste. On présente [les faits] sous une forme qui plait à un pouvoir donné, qui plait à certains courants politiques. Moi, je ne fais pas de la surenchère politicienne sur les victimes. Il faut dénoncer tous les crimes, et aujourd’hui il ne suffit pas de dénoncer, et c’est là où j’interpelle tous les soi-disant intellectuels et démocrates : venez avec nous et recherchons la vérité sur ce qui s’est passé dans notre pays. Car on ne peut pas faire l’impasse sur cette recherche de vérité. Et moi, je m’y engage personnellement pour que l’on fasse toute la vérité et j’accepte le verdict de cette quête de vérité quel qu’il soit, car nous la devons à la mémoire de toutes les victimes. »

      Mourad Dhina est détenu en France en vue d’une extradition à la demande du régime militaire d’Alger sur la base de poursuites engagées devant des juridictions d’exception qui ne peuvent avoir qu’un caractère politique déguisé. Il est détenu à la demande d’un régime dirigé par les officiers militaires qui ne sont pas seulement derrière l’assassinat de journalistes et d’intellectuels, comme l’attestent plusieurs officiers dissidents et des familles de victimes, mais qui sont aussi accusés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité (torture institutionnalisée, disparitions forcées de dizaines de milliers de personnes, campagne de massacres contre-insurrectionnels).

      Mourad Dhina, engagé dans le cadre du Mouvement Rachad pour le combat non-violent en vue de l’établissement d’un Etat de droit et de bonne gouvernance en Algérie, est dévoué à la cause des droits de l’homme dans le monde arabe, dans le cadre de la Fondation Alkarama qu’il dirige et qui a défendu des victimes de tous bords : musulmans, chrétiens, juifs, laïcs, etc. Il est aujourd’hui persécuté par le régime d’Alger car il a refusé d’endosser la fausse réconciliation et les fausses réformes engagées pour maintenir le peuple algérien sous le contrôle d’un pouvoir répressif et corrompu.

      j esper que tvous serez satisfait
      SALAM

      (1) http://www.youtube.com/watch?v=KcpWVp-aYFo

  3. Avatar

    Jean Luc Melanchon Agent du Système?
    2ème envoi –

    Jean Luc Melanchon Agent du Système?

    Laurent Siegward
    Vendredi 20Janvier 2012
    Mélenchon Agent du Système?
    Si il n’était pas Franc- Maçon il l’aurait démenti dans la vidéo ci-dessous. “Qui ne dit mot consent” :

    http://www.youtube.com/watch?v=hqylWvXPXjo

    Pour avoir côtoyé dans le monde syndicale (FOCOM) certaines personnes qui le connaissent, je reste persuadé que c’est bien le cas…

    Si effectivement mes informations sont bonnes? Il paraît difficile de frayer avec le haut de la pyramide sociale en loge et d’être un gauchiste sincère …

    D’ailleurs un vrai rebelle pourrait-il bénéficier d’une telle couverture médiatique…?

    Sans faire une promotion acharnée d’Alain Soral…J’arrive pourtant bien souvent aux mêmes constats que lui sur le fond.

    http://www.youtube.com/watch?v=kijwDwkpywU

    Source:www.laurent-siegward.fr
    *alterinfonet.org

    Note : Livre à lire absolument pour mieux comprendre la politique française et sa face cachée :
    – Au Coeur Du Pouvoir, Enquête Sur Le Club Le Plus Puissant De France – d’ Emmanuel Ratier.
    Le Siècle : Le club de la Mafia oligarchique. Découverte avec E. Ratier
    sos-crise.over-blog.com/article-le-siecle-le-club-de-la-mafia-oligarchi…
    Au Cœur du pouvoir / Présenté par Emmanuel Ratier (Journaliste d’investigation.
    http://www.faitsetdocuments.com/Un ouvrage explosif qui révèle les secrets des « cinq cents » qui gouvernent la France. L’histoire complète, depuis plus de 50 ans, du club Le Siècle, de son fondateur, de son fonctionnement, de son système de cooptation et des intrigues qui s’y nouent. Près de 2000 notices détaillées. Plusieurs dizaines de documents confidentiels. Un index complet
    avec les années d’appartenance. Plus de 700 pages, format 150×220 mm, couverture pelliculée couleur. 34 €