Une victoire pour les familles des disparus en Algérie

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le comité des droits de l’Homme constate la violation par l’Algérie  du Pacte international relatif aux droits civils et politiques : Un précédent important et une victoire pour les familles de disparus en Algérie.

Le Comité des droits de l’homme de l’ONU vient, au cours de sa quatre vingt sixième session tenue à New York, de rendre deux décisions qui ouvrent des perspectives importantes pour les familles de disparus en Algérie.

La première est relative à une plainte déposée par Mme Louiza Saker le 09 février 2000 par laquelle elle saisissait le Comité de la disparition de son époux, Salah Saker, professeur de mathématiques et élu sur la liste du Front islamique du salut aux élections législatives annulées de décembre 1991.

M. Saker avait été arrêté par la police de Constantine à son domicile le 29 mai 1994. Depuis cette date, sa famille est restée sans nouvelles de lui.

La seconde plainte déposée par Mme Fatma-Zohra Boucherf  le 30 juin 2003, concernait  la disparition de son fils Riad Boucherf,  arrêté le 25 juillet 1995 à 11 heures du matin devant de nombreux témoins dans son quartier par cinq policiers en civil,  et emmené avec deux autres jeunes au commissariat du 17 ème arrondissement.

Dans les deux cas soumis au Comité, le gouvernement algérien a nié toute responsabilité dans ces disparitions.

A l’issue de l’examen de ces deux plaintes présentées en vertu du protocole facultatif se rapportant au pacte international relatif aux droits civils et politiques, le Comité des droits de l’homme a adressé au gouvernement des constatations similaires.

Dans les deux cas, en effet, les 13 experts indépendants  de cette instance Onusienne concluent unanimement  à la violation par l’Etat algérien de nombreuses dispositions du Pacte international relatif aux droits civils et politiques ratifié par l’Algérie et en particulier du paragraphe 3 de l'article 2 du Pacte, conjointement avec le paragraphe 1 de l'article 6 et les articles 7 et 9.
 
Conformément à sa jurisprudence, le Comité considère qu’il y a violation du Pacte International, non seulement  à l’égard de la victime de disparition elle même, mais aussi à l’égard de ses proches qui sont aussi victimes de tortures en raison de leur angoisse et de leur détresse résultant de la disparition de l’être cher.

L’instance onusienne demande à l’Algérie d’engager des poursuites pénales contre les auteurs des disparitions forcées, de les juger et de les punir.

Fait très important, et qui remet en cause l’ordonnance du 27 février 2006 portant mise en œuvre de la charte pour la paix et la réconciliation nationale, le Comité de l’ONU demande au gouvernement algérien de mener des enquêtes approfondies sur ces cas de disparition, de rendre compte aux familles du résultat de ces enquêtes, de mener des poursuites pénales contre les responsables de ces disparitions, de les juger et de les punir.

Le Comité des droits de l’homme désavoue ainsi clairement la tentative du gouvernement algérien d’organiser l’impunité des responsables de crimes graves commis durant la guerre civile en demandant  expressément à l’Etat algérien de ne plus en invoquer les dispositions de l’ordonnance ni à l’encontre des victimes ni  de leurs familles qui souhaiteraient déposer plainte pour la disparition de leurs proches.

Enfin, le Comité des droits de l’homme qui a instauré un rapporteur spécial pour suivre l’exécution par l’Etat de ses constatations, et avec lequel les familles peuvent entrer en contact, demande au gouvernement algérien de lui communiquer dans les 90 jours, des renseignements sur les mesures prises pour donner effet à ses constatations qu’il est également tenu de rendre publiques.

Ces précédents ouvrent des possibilités d’action  importantes pour les familles de disparus devant le Comité des droits de l’homme, d’autant plus que l’article 45 de l’ordonnance qui interdit toute poursuite à l’encontre des « forces de défense et de sécurité de la république » pour les crimes commis durant la guerre civile les dispense aujourd’hui de la condition de l’épuisement des recours internes.

Rachid Mesli
Avocat
Président de Justitia Universalis
Directeur du Département juridique de Alkarama for Human Rights

Les textes des décisions rendues par le Comité des droits de l'homme de l'ONU

Décision concernant M. Salah Saker

Décision concernant M. Riad Boucherf

Source: Alkarama for Human Rights

Share.

About Author

Avatar

Un commentaire

  1. Avatar

    نداء عاجل لإنقاذ الجزائر
    بسم الله الرحمن الرحيم

    لقد دأب النظام الفاسد في الجزائر على انتهاج سياسة الأرض المحروقة …فحرق الغابات ومحاصيل الزيتون والفواكه مصدر رزق الفقراء الوحيد خاصة في بلاد القبائل ومداشر البويرة وبجاية وسكيكدة وجيجل وباتنة وخنشلة وعين الدفلى ومعسكر وتلمسان وغيرها….لتبقى هذه الجرائم دون عقاب رغم اتفاق الناس على الجاني الممثل في مختلف الأجهزة الأمنية(جيش درك شرطة حرس بلدي )…بل حتى حراس الغابات كلفوا بهذه المهمة القذرة على وزن حاميها حراميها …مما تسبب في خسائر بملايير الدولارات وخسائر بيئية لاتكاد تحصى وانعكاسات صحية خطيرة على حياة الأطفال والمسنين خصوصا….وزاد في حدة المشكلة تواطؤ الصحافة المأجورة الملبسة على الناس بسكوتها عن الفاعل وتقليلها لعدد الحرائق وآثارها المدمرة على الناس والبيئة معا….وعليه فإننا نتقدم إليكم بهذا (النداء العاجل لإنقاذ الجزائر)بالوقوف في وجه هذه الجريمة النكراء وذلك بشن حملة إعلامية على الجناة الحقيقيين وتصوير هم متلبسين بالجريمة ثم بث الصور لوكالات الأنباء العالمية والمنتديات والمواقع الإلكترونية وتوعية الناس بحجم الخطر وحثهم على المشاركة في تصوير هذه الجرائم وتوثيقها للأجيال المقبلة….وهذا أدنى حق للجزائر الحبيبة علينا…وما ضاع حق وراءه طالب وشكرا.