Hoggar Institute

La critique infondée d’Ali Yahia Abdenour

Tribune Libre - Ait Benali Boubekeur

La scène politique, en Algérie, offre par moment un spectacle désolant. Bien que chaque parti doive se définir par son degré d’autonomie et son projet politique, certains acteurs politiques s’en prennent injustement à d’autres à cause de leur divergence d’idées. Alors que dans les pays avancés ces acteurs se mettent autour d’une table, en Algérie, ces acteurs règlent leurs comptes à distance. Invité au forum de « Liberté », Ali Yahia Abdenour fait un procès au FFS, indigne en tout cas de sa stature. « Certains responsables veulent nous faire croire que ce parti peut prendre des décisions en l’absence de Hocine Ait Ahmed. Or, cela est faux », déclare-t-il. Ce que ce vétéran feint d’ignorer, c’est qu’en toute circonstance les principes directeurs du FFS sont jalousement préservés. Et pour les militants, bien qu’il ne préside plus le parti, Hocine Ait Ahmed est toujours présent dans les débats.

De toute évidence, pour le FFS, ce genre d’attaque, qui ne sert pas de surcroit la démocratie, est devenu, ces derniers temps, la monnaie courante. Et si Ali Yahia Abdenour veut polémiquer sur ce sujet, il faudra aussi qu’il compare le parcours du FFS à celui de ses alliés du moment. Certains d’entre eux n’ont-ils pas quitté le gouvernement, il y a seulement de cela quelques mois ? Il doit assumer aussi le parcours de ses alliés. À vrai dire, cela ne devrait pas lui poser de problème dans la mesure où, dans un passé relativement lointain, il a abandonné le combat de l’opposition pour consolider la dictature, incarnée à l’époque par Ben Bella et Boumediene. Et lorsqu’il est revenu derechef dans l’opposition, les militants des droits de l’homme n’ont pas été sévères à son égard, sauf ses alliés d’aujourd’hui, qui dans les années 1990, ont tout fait pour le discréditer pour ne pas avoir soutenu le coup d’État de janvier 1992.

À présent, il semblerait que le vieux syndicaliste ne croie plus à ce principe. « L’armée doit assumer ses responsabilités », préconise-t-il. Quelles responsabilités ? Ali Yahia Abdenour reste évasif. Contrairement à ses alliés de la CNTLD qui prône l’immixtion de l’armée  dans l’arène politique, l’ancien avocat d’Abassi Madani et Ali Belhadj demande à ce qu’elle contraigne « ceux qui sont au pouvoir d’appliquer les lois en vigueur. » En tout état de cause, cette attitude montre que la radicalité d’une certaine opposition repose sur l’intervention du régime contre lui-même. Autant dire tout de suite que le choix n’est ni approprié ni de nature à amorcer le processus de changement dans notre pays. D’ailleurs, deux figures de la scène politique nationale, Mouloud Hamrouche et Mokrane Ait Larbi, démontrent que les revendications de la CNTLD sont irréalisables. Le premier explique l’inapplicabilité de l’article 88, car il est verrouillé par d’autres dispositions constitutionnelles. Le second argue que la revendication d’une présidentielle anticipée est insensée dans la mesure où cela est du ressort du chef de l’État.

Néanmoins, pour qu’il y ait un véritable changement, il n’existe pas mille voies. Il y a celle de raison, défendue par le FFS. Celle-ci consiste à créer les conditions d’un dialogue national inclusif et à mettre de côté toute recherche d’un rapport de force. De l’autre côté, il y a l’épreuve de force. Or, bien que celle-ci soit souhaitée par Ali Yahia Abdenour, les membres de la CNTLD ne veulent pas en entendre parler. À vrai dire, ils ne veulent pas y penser dans la mesure où la plupart sont issus de ce système et d’autres l’ont défendu, dans les moments difficiles, les armes à la main. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que tout cela démontre l’incohérence de la CNTLD. Comme le démontre si bien M. Saadoune du Quotidien d’Oran, la CNTLD « demande à l’armée de ne pas soutenir le pouvoir, mais de l’autre on formule une demande de présidentielle anticipée qui lui est implicitement adressée. »   

Pour conclure, il va de soi que l’Algérie ne peut pas se permettre de perdre son temps dans des palabres qui n’en finissent pas. Et pour qu’elle puisse aller de l’avant, l’Algérie doit écouter les voix qui appellent au dialogue et au changement pacifique n’opposant pas une partie des Algériens contre une autre partie. À ce titre, bien qu’il n’existe pas de solution parfaite, la conférence nationale de consensus est celle qui garantit une sortie de crise sans heurts.      

Boubekeur Ait Benali
14 décembre 2014

 

Commentaires  

 
-1 #1 Un peu de tolérance!Kamal Guerroua 16-12-2014 16:15
Bonjour,

Ali Yahia Abdennour est certes un grand militant mais n'en reste pas moins parfois au-delà ou en-deçà des lignes de la logique. Je ne comprends pas par exemple comment un militant des droits de l'homme et de la paix appelle les gens à sortir dans la rue, étant donné que, lui-même savait pertinemment que dans une telle perspective, le régime n'ira pas lésiner sur les moyens pour tirer à bout portant et sauvagement sur les populations civiles (remake syrien). Il y a ces dernières années beaucoup d'anciens militants qui ont des discours contradictoires, à la limite de banalité, comme certains accusent les français de "koufar" ou de "mécréants"!!!! Il y a aussi une forme d'aigreur due certainement aux séquelles du troisième âge et peut-être au non-bénéfice de cette "rente" qui a enrichi des gens vus autrefois beaucoup moins qualifiés par rapport à eux, je le remarque chaque fois dans les blogs, les espaces de discussion et les forums. Il y a une véritable CRISE en Algérie. Si vraiment tous ces gens-là aimaient vraiment l'Algérie comme ils le prétendent, pourquoi on en est là aujourd'hui?

Merci
Citer | Signaler à l’administrateur
 
 
0 #2 Je suis d'accord avec Kamel!Boubekeur Ait 17-12-2014 18:57
Je te remercie, Kamel, d'avoir apporté ton éclairage. En effet, depuis quelques années, on assiste à un débat biaisé. Mais, ce qui me choque le plus est certainement le revirement facile de certains militants, à leur tête Ali Yahia. Alors que le militant doit défendre le droit des Algériens à choisir librement ses représentants, certains veulent nous vendre l'idée selon laquelle l'armée doit jouer un rôle décisif. Or, quand l'armée intervient, comme c'est le cas en 1992, l'Algérie en pâtit davantage. Et c'est la raison pour laquelle j'ai fait ce texte.
Citer | Signaler à l’administrateur