Luttes de clans sur fond de conflits géopolitiques

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Pour l'opinion algérienne comme pour tous ceux qui tentent de résister au rouleau compresseur de la désinformation produite par le DRS algérien (les services secrets de l'armée), l'attribution de la responsabilité des attentats du 11 avril 2007 à Alger à l'« Organisation d'Al-Qaida au pays du Maghreb islamique » (ex-GSPC) ne peut être prise pour argent comptant, comme le font la plupart des médias occidentaux. Dans cet article, qui se fonde quasi exclusivement sur une analyse rigoureuse de « sources ouvertes » – donc à la portée de tous les observateurs sérieux –, nous montrons que les commanditaires de ces attentats ne peuvent appartenir qu'aux plus hauts cercles du pouvoir algérien, aux mains d'une poignée de généraux.

Cet événement tragique constitue ainsi une étape importante dans l'exacerbation de la lutte de clans au sein de la « coupole » militaire maffieuse dirigeant le pays, qui a conduit certains « décideurs » à recourir à nouveau à l'instrumentalisation de la violence « islamiste ». Cette exacerbation s'explique par la conjonction de quatre facteurs principaux : a) la remise en cause de l'alliance stratégique avec les États-Unis, liée aux bouleversements des rapports de forces géopolitiques mondiaux (montée en puissance de la Russie et de la Chine, etc.) ; b) l'extraordinaire croissance de la rente pétrolière et gazière liée à la hausse des prix des hydrocarbures, qui a aiguisé les appétits financiers des clans en présence ; c) la profonde crise sociale qui ravage le pays (misère et chômage croissants, émeutes à répétition…) ; d) la maladie du président Abdelaziz Bouteflika, condamné à plus ou moins brève échéance, qui impose de renouveler la façade civile du pouvoir réel, selon de nouveaux équilibres difficiles à trouver.

Les médias occidentaux brandissent depuis des années la menace d'un GSPC (« Groupe salafiste de prédication et de combat ») susceptible de frapper en Europe. Avec l'annonce de sa transformation, en janvier 2007, en « Organisation d'Al-Qaida au pays du Maghreb islamique », la perception de la dangerosité de cette étrange organisation ne pouvait que s'en trouver renforcée. Immédiatement revendiqués par le GSPC, les terribles attentats d'Alger du 11 avril 2007 ont relancé l'alarme : présentés comme des attentats suicide, ils ont ciblé le palais du gouvernement et le siège de la « Division est » de la Police à Bab Ezzouar, faisant trente morts et plus de deux cents blessés.

En France en particulier, journalistes, universitaires et experts du sécuritaire font alors de la surenchère : c'est à qui établira de la manière la plus probante des liens entre le GSPC et la nébuleuse internationale d'Al-Qaida. Si des nuances d'analyse sont perceptibles, la certitude que partagent tous ces « spécialistes » est qu'il s'agit bien d'une action terroriste commise par des islamistes opposés au régime algérien et obéissant aux instructions des chefs d'Al-Qaida. Les quelques éléments confortant cette thèse sont amplifiés, tandis que les nombreuses zones d'ombre sont sciemment occultées. Ce qui est érigé comme preuve irréfutable sont les communiqués du GSPC, alors que rien ne permet de certifier leur authenticité. Autre preuve tout aussi aléatoire : le mode opératoire. Attribuées à des « kamikazes », ces opérations, dit-on, ne feraient pas partie de la tradition djihadiste algérienne et prouveraient l'implication d'Al-Qaida.

En Occident, la prétendue affiliation du GSPC à Al-Qaida n'a suscité aucune interrogation depuis que le numéro deux d'Al-Qaida aurait invité le GSPC à rejoindre l'organisation et que ce dernier aurait renouvelé son allégeance à l'« Internationale djihadiste » en septembre 2006. En Algérie, depuis des années, la collusion entre ces deux entités a été très régulièrement évoquée par la presse. Et malgré les maigres indices, comme celui d'un supposé émissaire yéménite qui serait venu en Algérie en 2002 pour accorder la caution d'Al-Qaida à l'organisation locale avant de trouver la mort dans une embuscade (1) , une grande partie de la presse algérienne a continué depuis à colporter cette idée comme une évidence.

Une surprenante minimisation du « terrorisme islamiste »

Mais curieusement, depuis quelques mois, certains journaux algériens francophones, pourtant conditionnés par plus de quinze ans de propagande à dénoncer de façon virulente les « hordes islamistes » en Algérie, n'ont plus la même éloquence pour agiter la menace de l'apparition d'Al-Qaida en Algérie. Après chaque attentat perpétré ces derniers mois, des commentateurs s'interrogeaient sur les véritables commanditaires. Ainsi, Mohamed Zaaf, du Jeune Indépendant , constatait à la suite de la série d'attentats qui a touché le pays en février 2007 : « Mais, d'El-Qaïda nous ne connaissons de réel que les voix enregistrées. Depuis l'annonce du tutorat, le GSPC obéit donc aux voix et densifie ses activités avec l'ouverture du procès de la corruption. Le GSPC avait menacé de s'en prendre à la France et aux intérêts français. Il prit cependant tout son monde à contre-pied. Car les intérêts qui avaient été en réalité ciblés, ce sont les intérêts américains, près de Club des pins, et les intérêts russes à Hayoun (2) . »

Encore plus étonnant est le fait que certains dirigeants politiques algériens – qui, durant des années ont tenté de convaincre leurs partenaires occidentaux de la menace islamiste et de ses liens avec l'organisation internationale – ont plutôt réagi de manière frileuse aux derniers attentats commis par un GSPC dont l'allégeance à Al-Qaida ne faisait pas de doute en Europe. N'a-t-on pas vu un Yazid Zerhouni, ministre de l'Intérieur, déclarer à la suite de l'attentat commis le 10 décembre 2006 contre un bus transportant des travailleurs de l'entreprise algéro-américaine BRC (Brown Root and Condor), alors qu'un communiqué signé par le GSPC circulait sur Internet, qu'il ne s'agissait là que d'un « document » ? Il précisait que « l'enquête […] est en cours. Aucune piste n'est écartée pour le moment. Seules les investigations que mènent les services concernés peuvent affirmer avec précision les responsables de ce crime (3) ». Quant à l'attentat commis le 3 mars 2007 contre un bus transportant notamment des travailleurs russes de la compagnie Stroitransgaz, il n'a guère été médiatisé, alors qu'il s'agissait de la première attaque meurtrière contre des ressortissants étrangers depuis que le GSPC s'est transformé le 24 janvier 2007 en « Organisation d'Al-Qaida au pays du Maghreb islamique ».

Le 14 mars 2007, le président Bouteflika lui-même déclarait dans une interview : « Des actes terroristes sont encore commis de temps en temps. Ces actes sont le fait du grand banditisme. Ils n'ont rien d'idéologique. Nous nous attelons à les combattre pour y mettre un terme définitif. » Lorsque le journaliste lui demanda si les Européens devaient prendre au sérieux les menaces d'un GSPC affichant des ambitions régionales, le président algérien répondit : « Il faut faire la part des choses entre la réalité et la propagande, et restituer les choses dans leur juste proportion. Et les Européens le savent, eux, qui sont très bien renseignés sur ces questions (4) . » Loin de témoigner de la conviction du président de l'existence d'une menace excessive, ces propos laissent plutôt entendre qu'il soupçonnerait les Européens (ou d'autres ?) d'instrumentaliser celle-ci.

Relevons également qu'un journaliste algérien, Mounir B., « expert en terrorisme » réputé proche du DRS (les services secrets de l'armée), affirmait lui-même un peu plus d'un mois avant les attentats du 11 avril : « Les autorités algériennes ne se sont pas montrées particulièrement inquiètes jusqu'à la dernière série d'attentats en Kabylie. “Le GSPC a changé de nom, mais pour nous rien n'a changé”, a déclaré le ministre de l'Intérieur. Il n'a pas totalement tort. Le rapport de force sur le terrain n'a pas changé en faveur des groupes terroristes. Ils sont toujours faibles numériquement, ils éprouvent de grandes difficultés pour s'approvisionner et renouveler leur armement (5) . » Et d'ailleurs, la plupart des journaux algériens se font depuis des mois l'écho des succès des offensives militaires en cours dans différentes régions du pays, tandis que les difficultés d'action du GSPC version Al-Qaida sont sans cesse mises en relief. Les forces de sécurité auraient capturé de nombreux hommes armés, ce qui leur permettrait d'obtenir d'importantes informations sur l'évolution des groupes actifs. Pourtant, le décompte des attentats montre bien une recrudescence de l'activité de groupes armés ces derniers mois, mais son importance est souvent minimisée, en particulier son lien supposé avec Al-Qaida (6) .

Visées américaines sur les hydrocarbures d'Algérie et du Sahel

Alors pourquoi cet autre son de cloche venu d'Alger ? Pourquoi ce ton moins alarmiste ? Plus les Occidentaux amplifient leur perception de la menace, plus les officiels algériens la réduisent. Que suggère Yazid Zerhouni lorsqu'il déclare au lendemain des attentats d'Alger du 11 avril 2007 qu'« il ne faut pas exclure qu'il y ait d'autres intérêts ne voulant pas voir l'État algérien se ressaisir, se restructurer et fonctionner de manière plus efficace (7) » ? Et El Watan ne répond-il pas en partie à cette question en s'interrogeant, de façon très surprenante de la part d'un quotidien qui, jusque-là, n'avait eu de cesse de se féliciter du réchauffement des relations algéro-américaines : « Le Maghreb, notamment l'Algérie, est-il sur le point de faire les frais de luttes géopolitiques que se livrent les USA et la France au moyen du terrorisme islamique (8) ? » L'article concluait : « À ce jeu sournois semble parfaitement s'accommoder le réseau El-Qaida qui, en réalité, travaille, consciemment ou pas, pour les intérêts géopolitiques américains. Cette peur savamment entretenue du terrorisme islamiste, et notamment du réseau El-Qaida, leur permet de légitimer la nouvelle configuration du monde, notamment le Grand Moyen-Orient qu'ils viennent de décider. »

De fait, ce raisonnement a quelque raison d'être face à la volonté des Américains de renforcer leur présence économique et militaire en Afrique du Nord en général et en Algérie en particulier. L'intensification des relations entre les États-Unis et l'Algérie remonte à la période de la présidence de Liamine Zéroual (1994-1998), mais la « lune de miel » a connu son apogée en 2003-2006 avec de très nombreuses visites bilatérales à tous les niveaux de l'État et de la société, les plus en vue étant celles de Donald Rumsfeld en février 2006 et de Dick Cheney en avril de la même année. La coopération énergétique entre les deux pays a été qualifiée de « très dense », les États-Unis étant devenus le premier client de l'Algérie avec des achats de plus de 11 milliards de dollars en 2005, presque exclusivement constitués d'hydrocarbures (9) .

Mais l'Algérie n'est qu'un des pays visés par les firmes américaines et les immenses réserves d'hydrocarbures non exploitées dans le Sahel semblent bien dicter à Washington sa stratégie sécuritaire dans cette région. Là plus clairement qu'ailleurs, la « Global War on Terror » que mène l'administration Bush apparaît indissociable de la recherche d'un accès garanti aux ressources énergétiques locales. Et pour l'assurer, le Pentagone a affirmé son objectif d'implanter rapidement en Afrique un commandement régional de l'armée américaine (Africom), qui permettrait le contrôle des armées locales.

C'est à la suite de l'enlèvement de touristes européens début 2003 dans le Sahara algérien par un commando présenté comme étant du GSPC que les Américains, en vertu de leur nouvelle conception géostratégique du « Grand Moyen-Orient », ont prévu que l'Algérie deviendrait un « État pivot ». Non seulement l'armée algérienne participe depuis à différentes manœuvres militaires organisées par l'US Army et l'OTAN, mais l'existence d'une base militaire américaine secrète dans la région de Tamanrasset, malgré les démentis répétés des responsables politiques des deux pays, ne semble pas faire de doute (10) . Le pays a été aussi intégré à l'« Initiative Pan-Sahel », devenue début 2005 « Initiative transsaharienne de lutte contre le terrorisme (TSCTI) », destinée à inclure dans une stratégie militaire américaine des pays comme l'Algérie, le Tchad, le Mali, la Mauritanie, le Maroc, le Niger, le Sénégal, le Nigeria et la Tunisie. Les visées américaines ont été concrétisées en juin 2005 lors des exercices conjoints baptisés « Flintlock 2005 », dirigés par le commandement des forces américaines basé en Europe.

« Lutte antiterroriste » et « bonne gouvernance » sont les slogans de l'heure. L'action militaire se dotant de son équivalent politique, le pays a été inclus dans l'« Initiative de partenariat avec le Moyen-Orient » (MEPI), prévoyant notamment l'assistance aux réformes politiques, le renforcement du rôle des femmes, de la jeunesse et de la société civile. Coopération militaire et économique et programme d'assistance aux réformes politiques sont les deux faces d'une même médaille (11) .

1 2 3 4
Share.

About Author

Comments are closed.