Nouvelles du front de l’Exil !

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
Quel temps fait-il à Alger ?  Ici c’est l’enfer froid. « Echems el berda », le soleil froid du chanteur Guerouabi ! « Erhal men el gouffa, houtt fi aaraha » [Il a abondonné le panier pour tomber dans sur sa poignée], me dirait ma mère qui, toute chaouïa qu’elle est, ignore de parler sans agrémenter son verbe de vieux proverbes du terroir des Aurès. Manière de dire : tu as fui des truands pour tomber entre les mains de leurs soutiens ! Evidemment les choses ne sont pas si simples; il ne faut pas prendre les paroles de ma mère au premier degré. Ce n’est qu’un artifice de mots fait pour semer le trouble dans l’esprit de son gamin afin qu’il creuse le pourquoi et le comment des choses. Il faut prendre les choses avec philosophie dirait l’esprit cartésien français et même « faire contre mauvaise fortune bon cœur » dirait le médersien  kabyle qu’était mon défunt père. Peut être même qu’il ajouterait : « wa assa an takrahou chay’an wa huwa kheyroun lakoum, wa assa an touhibbou chay’an oua houa charroun lakoum », par simple rappel à l’usage de ceux qui l’ignorent ou s’y défendent que tout bilingue qu’il est, il reste et demeure de culture et de descendance arabo-andalouse. Il serait d’ailleurs même enchanté que son fils oublie de le traduire. La traduction étant dans le monde entier un art et un métier sauf en France, en ce qui concerne la langue arabe uniquement, où les traducteurs croupissent dans la misère.
Près d’un demi siècle après l’indépendance de l’Algérie, l’abdication sanglante de l’empire français face aux peuples colonisés dans leur marche vers la liberté, l’on s’interroge encore dans les cercles académiques et peu académiques si la colonisation était ou non un fait positif. Tout respect gardé à tout combattant qui affronte, dans la dignité, la mort; demandez-le à ceux qui ont fait la guerre au Vietnam, en Algérie ou ailleurs… aux tombes qui jonchent les cimetières ! A ce sujet, et sans préjudice pour l’opposition idéologique à son système, la position de Bouteflika est juste ! Celle, même tardive, de Chirac est salutaire… pour la France ! Surtout pour son avenir dans le monde arabe… dans le monde tout court ! Et surtout pour son avenir chez elle, où elle fabrique inconsciemment les terroristes de demain !

Ah les terroristes ! Les futurs ou les présents ? Laissons les présents, vaquer vers la postérité sous les brouhahas de souks de spécialistes du talk-show. Parlons donc des futurs terroristes et futures ex-racailles. L’année 2005 s’est vue clôturée par une révolte populaire, et non des moindres, sur tout le territoire français. Sur tout le territoire français, des jeunes, issus des ghettos étrangers que sont ces impensables citées françaises, se sont levés tel un seul homme contre les injustices tous azimuts qu’ils subissent au quotidien dans la France dite républicaine. Le parallèle fait entre cette révolte et les politiques actuelles, bien que sévères, anti-migratoires prouve à quel point la société française a du mal à reconnaître une partie d’elle-même comme une de ses composantes. Les politiques d’intégration successives ont volé aux éclats, le sens philosophique même du terme « intégration », évolution sémantique de l’assimilation sous l’angle colonial, a pris un sérieux coup dont il a du mal à s’en remettre… plus grave : il a du mal à reconnaître. L’assemblée générale de la plus gauche des gauches françaises, incarnée dans la ligue communiste révolutionnaire a simplement oublié de débattre de cette révolte. On a vite fait d’oublier les 15000 morts de la canicule, victimes d’un crime de société, pourquoi n’oublierait-on pas les 15000 voitures brûlées !  En France on a cette capacité amnésique qui défit le temps, on lui donne même une description psychologique : la mémoire sélective ! La communauté intellectuelle française est restée, quant à elle, dans son piège nombriliste de « miroir, ô miroir, dis-moi qui est la plus belle… ». Une autre, dite avertie, spécialiste, analyste et j’en passe, ne manque d’aucune attention tous les jours, dans la presse et dans les livres qui sortent pour condamner l’expansionnisme américain sans voir que les politiques successives du domaine réservé de la France dans ce qu’elle considère toujours comme « ses » anciennes colonies ont été et sont toujours on ne peu plus catastrophiques.

Reste qu’une réelle fission, plus que « la fracture » de la rhétorique électoraliste chiraquienne, s’est produite dans la société française avec ces événements et que si un traitement adéquat n’y est pas apporté dans le sens d’un large débat de la société et dialogue avec toutes ses composantes, y compris islamistes le mal ira de pire en pire. L’arme de dissuasion dans les problèmes de société, n’est ni dans les vocabulaires de bas populisme indignes d’hommes d’Etat, ni dans les camions de CRS, ni dans les sous-marins porteurs d’ogives nucléaires mais dans le dialogue d’idées et l’évolution nécessaire dans les idées, dans le sens de l’acceptation de l’autre, sans lequel aucun discours d’universalité n’est crédible. Certains diront que la reprise des essais nucléaires fin 1995, eut pour résultat psychologique quasi-immédiat l’arrêt, par leurs commanditaires extraterritoriaux, des attentats de Paris, je me range, pour ma part dans le rang de ceux qui ont su traiter de cette situation avec brio politique incomparable en  lançant des signaux diplomatiques forts aux responsables outre méditerranée. Une question me vient à l’esprit : quelle serait la responsabilité de M. Chirac, s’il l’on venait demain à voir l’Etat d’Israël user des armes nucléaires contre les territoires palestiniens sous prétexte que des attaques terroristes commis sur son territoire proviennent de ces dits territoires. Il y a certaines sottises impardonnables venant de pays de référence sur le plan de la politique du globe.

Tarek Ramadhan, cet intellectuel musulman, qui représentait pour les jeunes des banlieues, un vrai modèle défendait une idée de l’Islam qui ne correspondait pas à celle du salafisme qui considère, comme dans les temps anciens, les territoires européens comme terre de guerre. Il défendait une certaine idée de la république où le métèque, racaille ou intouchable cesserait d’être considéré comme tel et serait accepté avec ses différences comme un citoyen à part entière. Les médias français, se sont unis en un seul front pour un lynchage médiatique digne de l’inquisition. Le foulard islamique interdit, la France rejoint des dictatures telles que la Turquie ou la Tunisie dans cette position contraire aux libertés individuelles et, pour parler de la population concernée, aux droits des femmes. Il faut dire que les deux pays précités s’inspirent beaucoup du modèle français dans leur grotesque gestion des faits sociétaux, dont la religion est un des principaux aspects. Tarek Ramadhan s’est fait appeler au Foreign Office, comme consultant pour préserver des dangers extrémistes les jeunes britanniques musulmans. L’histoire de la décolonisation britannique n’est en rien celle de La France ! « En Angleterre, 60% des employés traitant avec les opérateurs économiques étrangers sont d’origine étrangère, me dit un compatriote vivant à Londres ! » Je ne sais pas si le chiffre est exact mais ce dont je suis sûr c’est qu’en France on en est loin du compte… très loin. D’ailleurs on vous répondra, si vous veniez à poser la question, qu’en raison de la non discrimination il est interdit de faire ce genre de statistique qui cite les origines ethniques des individus. Vous comprendrez toute l’étendue de l’hypocrisie lorsqu’on vous oppose dans les faits de violence, de délinquance et de criminalité, et le traitement qu’en font les médias, au-delà de la couleur de peau, les pays d’origine des personnes considérées. Le député Benesti est auteur d’un rapport qui pointait le bilinguisme comme cause univoque des phénomènes de délinquance. Il ira jusqu’à considérer, avec courbes et statistiques  à l’appui, que les jeunes dévient du « droit chemin » depuis la maternelle ! Inutile de vous dire que l’homme, juif tunisien d’origine, est loin d’être un produit de l’unilinguisme ! Ah, vivement le retour  de notre ancien élu du 18e, Alain Juppé pour le nommer, pour mettre un peu d’ordre dans la maison de la droite qui dérive dangereusement vers les extrêmes !… Et lance aveuglement la machine de fabrication des terroristes français de demain !

Salam Aleïkoum ! [Ah là, pas besoin de traduction !]
Nous vous laissons, avec l’espoir que la planète retrouve un peu sa tête et qu’une nouvelle guerre mondiale ne se déclare pas d’ici là ! Et courrons vaquer comme tous les moutons de la planète aux folies quotidiennes !

Nous vous avons écrit depuis le front de l’exil !
Paris, le 28/01/2006
El-Mehdi Mosbah

Share.

About Author

Avatar

Un commentaire

  1. Avatar

    Mosbah El-Mehdi retourne sa veste
    Il est vraiment loin de cet écrit le Mosbah qui a appelé à la réco,ciliation et qui est rentré au pays en suivant les pas des traîtres Benaïcha, Kertali et Kebir.

    D’ailleurs, les militants sincères ont toujours douté de ses récits et notamment de son séjour dans les camps du Sud. Neveu du champion de l’infiltration, le colonel Chafik Mosbah, il n’a jamais fait partie des militants sincères.

    Même en exil, il n’était pas un vrai exilé puisqu’il était chez lui en ayant la nationalité française.

    Que Dieu nous préserve de ces hypocrites décriés dans le saint Coran.